Trémoulinas, un verre de trop et ça dégénère

romain baheux

— 

Le défenseur Benoît Trémoulinas.
Le défenseur Benoît Trémoulinas. — s.ortola / 20 minutes

Boire ou conduire, il faut choisir. Benoît Trémoulinas a eu une partie de la journée d'hier, passée en garde à vue au commissariat central de Meriadeck, pour songer au célèbre slogan de la sécurité routière. Interpellé en état d'ébriété dans la nuit de mardi à mercredi, le latéral gauche girondin n'a pas fait dans la demi-mesure : feu rouge brûlé, barrière de parking, refus d'obtempérer aux injonctions des policiers... Le tout avec 1,70 gramme d'alcool par litre de sang. Relâché dans l'après-midi, Trémoulinas sera rapidement convoqué par le tribunal correctionnel pour y être jugé. « Je le confirme, l'alcool ne rend pas intelligent. J'ai voulu fuir, car j'avais trop bu, et c'est bien parce que j'avais trop bu que j'ai imaginé qu'il était préférable de fuir », expliquait-il hier à Sud-Ouest.
Hier matin, le joueur a donc séché involontairement l'entraînement du groupe professionnel. Une séance où s'est invité le président bordelais Jean-Louis Triaud, venu s'exprimer sur ce sujet devant les médias. « Ce n'est pas très professionnel ni très malin de sa part. C'est une erreur de jeunesse. » Un écart qui ne devrait pas forcément le priver du déplacement de son équipe à Brest samedi. Le club privilégie pour l'instant la sanction financière envers l'un des produits de son centre de formation. « Le suspendre pour un match, ce n'est pas vraiment une punition puisqu'il peut passer un week-end en famille. Une bonne ponction au portefeuille serait bien plus pénalisante. » Une première étape en attendant les suites judiciaires.

match nul de la cfa

Renforcée par huit professionnels, dont Mathieu Chalmé et Grégory Sertic, la réserve girondine n'a pu faire mieux que match nul (0-0) face à Marseille Consolat, hier après-midi, sous les yeux du président Jean-Louis Triaud.