mesnil change d'optique pour l'année olympique

romain baheux

— 

Le perchiste Romain Mesnil.
Le perchiste Romain Mesnil. — S.Ortola / 20 minutes

On aurait pu imaginer beaucoup de changements dans la préparation de Romain Mesnil. A quelques mois des derniers JO de sa carrière, le perchiste bordelais aurait pu faire évoluer sa technique de course, de saut, sa préparation physique... Rien de tout cela. A bientôt trente-cinq ans, le double médaillé mondial de la discipline a simplement décidé de mettre une paire de lunettes. Myope et astigmate, Mesnil souffre de problèmes de vue qui empirent avec l'âge. « Chaque année olympique, je me disais qu'il fallait essayer quelque chose pour changer cela et je me mettais aux lentilles. ça me perturbait trop et j'abandonnais rapidement. »

Georges Martin : « En 2005,

j'ai cru qu'il allait se tuer »
Pour ses dernières olympiades, Mesnil n'entend pas se laisser perturber le soir de la finale venu par une barre devenue subitement bien trop floue. « Il avait du mal avec les lumières des projecteurs de certains stades, explique son entraîneur, Georges Martin. En 2005, à un meeting à La Roche-sur-Yon, il est retombé à quelques centimètres des limites du tapis parce qu'il n'y voyait plus rien. J'ai cru qu'il allait se tuer. »
Equipé par l'un de ses sponsors, le perchiste bordelais fait partie de la délégation tricolore aux Mondiaux en salle à Istanbul ce week-end. Son premier grand rendez-vous disputé binocles au bout du nez. « Je n'ai mis qu'une semaine à m'y habituer, je suis bien plus serein avec. J'aurais dû les mettre avant. »

en lice samedi

Engagé samedi dans un concours qui débutera directement par la finale, Romain Mesnil ne se fixe pas d'objectif précis. « J'y vais pour m'amuser. Si je ne me plante pas, je suis potentiellement médaillable. On verra ce que ça donne. »