Baghdatis retrouve l'appétit à Paris

©2006 20 minutes

— 

L'indétrônable patron du circuit, Roger Federer, qui a pris un mois de pause à la suite de sa victoire à l'Open d'Australie fin janvier, fait son retour cette semaine au tournoi de tennis de Dubaï où il est le maître des lieux depuis 2003.
L'indétrônable patron du circuit, Roger Federer, qui a pris un mois de pause à la suite de sa victoire à l'Open d'Australie fin janvier, fait son retour cette semaine au tournoi de tennis de Dubaï où il est le maître des lieux depuis 2003. — Greg Wood AFP/Archives

Parisien d'adoption, le Chypriote Marcos Baghdatis s'est fait un nom au dernier Open d'Australie. Arrivé en finale, il s'était incliné face à Roger Federer et racontait alors au monde son histoire, celle d'un joueur arrivé à 14 ans dans la région parisienne pour s'entraîneur dans les meilleures conditions avec l'Académie de tennis Mouratoglou. Depuis ses prouesses aux Antipodes, le Chypriote n'a pas forcément répondu aux attentes. Entre blessures (hanche puis dos) et contre-performances, il n'a atteint qu'une seule fois les quarts de finale d'un tournoi, à Indian Wells.

« On attend beaucoup de moi. Ma finale a l'Open d'Australie a changé beaucoup de choses », reconnaît Baghdatis. Outre l'arrivée de « nouveaux amis », le Méditerranéen a vu son visage être affiché en grand par son sponsor dans les rues de la capitale. « Cela me met encore un peu plus de pression », confie la tête de série nº 19, qui rêve désormais de briller à nouveau en Grand Chelem. « J'y repense de temps en temps à cette finale en Australie. Je n'étais pas loin, ça me donne les crocs. »