David Auradou : «Paris et Toulouse sont au même niveau»

©2006 20 minutes

— 

Interview de David Auradou, capitaine du Stade Français.

Dans quel état d'esprit se trouve le Stade Français avant la demi-finale du Top 14 face à Toulouse, samedi à Lyon ?

Le moral est au beau fixe après avoir bien négocié la dernière journée à Montpellier (victoire 43-24). On termine 2e de la saison régulière à un point de Biarritz, ce qui est plutôt pas mal. On est désormais prêts à aller rechercher le Bouclier de Brennus, qui nous a échappé in extremis la saison passée face à Biarritz.

Cette saison encore, l'équipe n'a pas été épargnée par les pépins physiques...

Oui, mais on a heureusement terminé la saison sans grosses blessures et l'effectif est au complet, à l'exception de Julien (Arias) et de « Nani » (Ignacio Corleto), qui a vraiment connu une saison noire et qui nous a beaucoup manqué à l'arrière.

Vous revenez de loin après l'élimination en Coupe d'Europe, en janvier dernier...

Je pense qu'il faut dissocier le Championnat de la Coupe d'Europe. On avait été placés dans une poule très difficile avec Leicester, récent finaliste du championnat d'Angleterre, et Clermont, qui marchait bien à l'époque. Et la défaite à Neath-Swansea a plombé d'entrée nos chances. Mais en Championnat, on n'a pas connu beaucoup de contre-performances. On a certes perdu le premier match à Narbonne, mais on avait commencé notre saison après tout le monde et il nous a fallu deux ou trois semaines pour vraiment prendre nos marques.

Au mois de mars, votre président Max Guazzini vous avait mis la pression...

Oui, on a enchaîné de gros matchs en pleine période du tournoi des VI Nations. On a joué Perpignan, puis Biarritz au Stade de France avant France-Angleterre, avec nos internationaux qui avaient la tête un peu ailleurs... On s'est montré costauds pour s'imposer à Brive et à Castres, ce qui était de bonne augure pour la suite.

La suite, c'est Toulouse, votre rival historique depuis une décennie... Quelles vont être les clés du match ?

On se connaît par coeur et en Championnat, les résultats tournent en notre faveur depuis plusieurs années, notamment en demi-finale. Maintenant, je ne peux pas vous dire sur quoi va se jouer ce match, si ce n'est sur des détails. L'an passé en demie, c'était une cuillère de Jérôme (Fillol). Et en finale de Heineken Cup, un drop de Fred Michalak... Ce que je sais, c'est que physiquement et mentalement, les deux équipes sont quasiment au même niveau. Après, il faudra comme d'habitude être solide en conquête et surveiller Michalak et Jauzion, les deux hommes décisifs de Toulouse.

L'an passé, Toulouse avait été sacré champion d'Europe avant de vous affronter en demie. Cette fois, les deux équipes jouent leur saison...

On ne peut pas comparer les deux saisons. Les Toulousains ont faim de titres, ils n'ont plus gagné le Brennus depuis 2001. En tout cas, celui qui peut pronostiquer le résultat de la demi-finale est très fort...

Recueilli par S. Bordas