Jo Le Squère : «Il nous a manqué de la régularité»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Jo Le Squère, président de l'Hermine (basket)

Votre équipe a terminé le Championnat à une décevante 15e place, au terme d'une saison où elle a alterné le meilleur puis le pire...

Oui. On a connu des pics d'humeur fabuleuse et des pics de déprime incroyable. On s'est permis des performances de haut niveau face aux leaders [Besançon, Orléans] et de bas niveau, comme à domicile contre Antibes.

Vous avez même touché du doigt les play-offs...

On y a cru jusqu'à il y a un mois [l'Hermine était 9e à l'issue de la 30e journée]. Et puis quand on voyait les performances dont nous étions capables, on avait des raisons d'y croire.

Qu'est ce qui a manqué à votre groupe ?

De la régularité. Ceci, je l'explique par l'absence de véritables leaders. Nos jeunes ont été capables de flamber par moments. Cependant, quand il y a eu le feu, il n'y avait pas de pompier dans l'équipe.

Certains joueurs vous ont déçu ?

Oui, par exemple l'arrière Tony Stockman [39 % de réussite aux tirs, 17 points de moyenne]. Quelqu'un a dit au club, on vit ou on meurt avec lui ! Et bien c'était tout à fait ça.

Quel sera le profil de l'équipe la saison prochaine ?

Quatre joueurs sont conservés [Mathieu Boutry, Logan Kosmalski, Jérôme Dessart et Armand Charles]. Les autres sont libérés. Ensuite, on a besoin d'un intérieur costaud, d'un Américain plus stable que Stockman, d'un autre ailier pour doubler Charles et d'un meneur qui fasse vraiment jouer l'équipe.

Quel objectif vous fixez-vous ?

L'an prochain, quatre équipes descendront de Pro B. Ce sera une première. Il faudra d'abord éviter à tout prix les quatre dernières places. Après, selon le recrutement, on pourra se prononcer. Les play-offs resteront bien sûr un but. Même si on monte en puissance, on n'a pas tout à fait le budget [1,3 million d'euros] pour dire qu'on est parmi les plus ambitieux du Championnat.

Recueilli par D. P.