Dubaï: Novak Djokovic passe le premier tour mais pas son petit frère

TENNIS En trois matchs sur le circuit ATP, Marco Djokovic n'a toujours pas connu la victoire...

© 2012 AFP
— 
Le numéro un mondial Novak Djokovic a vécu lundi une drôle de journée pour sa reprise au tournoi de Dubaï, s'imposant aisément contre l'espoir allemand Cedric-Marcel Stebe, après avoir conseillé en vain son petit frère Marco, battu par Kazakh Andrey Golubev.
Le numéro un mondial Novak Djokovic a vécu lundi une drôle de journée pour sa reprise au tournoi de Dubaï, s'imposant aisément contre l'espoir allemand Cedric-Marcel Stebe, après avoir conseillé en vain son petit frère Marco, battu par Kazakh Andrey Golubev. — Marwan Naamani afp.com

Le numéro un mondial Novak Djokovic a vécu lundi une drôle de journée pour sa reprise au tournoi de Dubaï, s'imposant aisément contre l'espoir allemand Cedric-Marcel Stebe, après avoir conseillé en vain son petit frère Marco, battu par Kazakh Andrey Golubev.

Novak Djokovic a d'abord enfilé la tenue d'entraîneur pour son retour sur les courts cinq semaines après sa victoire à l'Open d'Australie au terme d'une finale interminable en cinq sets contre Rafael Nadal. Il a en effet veillé sur son frère Marco, qui disputait seulement son troisième match sur le circuit ATP. Bénéficiant d'une invitation des organisateurs, le jeune joueur de 20 ans a cependant concédé sa troisième défaite (6-3, 6-2) après une année perturbée par une blessure à un poignet.

«Tout le monde attend que vous soyez comme votre frère»

«Il y a un tas de choses positives et négatives à être son frère», a déclaré Marco Djokovic, 869e mondial. «Financièrement, j'ai tout ce que je veux, je peux avoir les entraîneurs et les conditions d'entraînement appropriées. Mais tout le monde attend que vous soyez comme votre frère, ce qui est très dur à réussir. Des fois, j'ai un avantage, car peut-être que cela effraye des adversaires. Mais d'autres pensent ‘il est le frère de Novak, donc je dois le battre’. Et ça peut être dur», a-t-il ajouté.

Novak Djokovic, facile vainqueur (6-4, 6-2) de l'Allemand Stebe (21 ans, 72e mondial), a compati avec son petit frère. «Il doit faire face à la pression de s'appeler Djokovic. Cela le préoccupe plus que son jeu. Quand il sera capable de se concentrer là-dessus et non sur ses doutes, il pourra devenir un joueur de classe mondiale», a-t-il analysé.

Novak n’a pas l’âme d’un entraîneur

Le numéro un mondial a reconnu qu'il préférait le rôle de joueur à celui d'entraîneur. «C'était difficile pour moi de m'asseoir au bord du court. Au moins, quand je joue, je sais ce qu'il se passe. Mais j'étais heureux que mon frère ait une invitation. Il n'est pas encore à son meilleur niveau, mais il s'en rapproche».