Le FCN ne compte pas jusqu'à trois

David phelippeau

— 

Matheus Vivian et les Nantais ont eu de très rares occasions de mettre en danger la défense messine.
Matheus Vivian et les Nantais ont eu de très rares occasions de mettre en danger la défense messine. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Très rapidement, Landry Chauvin a ôté son bonnet. Et pourtant, hier soir, ce sont ses hommes qui ont eu les oreilles qui ont chauffé…
Fringants lors de leurs deux derniers matchs contre Tours (1-0) et Châteauroux (3-0) à la Beaujoire, les Canaris ont montré une étonnante régularité dans la médiocrité, hier soir face à Metz (0-0), devant 16 000 spectateurs parfois résignés, souvent médusés par l'indigence de la partition nantaise.
Au milieu du terrain, le FCN récupère pléthore de ballons avec son duo de nettoyeurs Ngoyi-Krychowiak. Mais récupérer, c'est bien, savoir utiliser le cuir, c'est vital au football. Avec Veretout et Trébel sur le banc, la formation de Chauvin manque cruellement de créativité et de liant dans le jeu. A tel point que trouver une occasion franche nantaise relève soit de l'exploit, soit de la malhonnêteté intellectuelle.
Ce qui est moins malhonnête, c'est d'avouer, quand sans le poteau, Metz, sur un coup franc de Bouby (34e), aurait dû ouvrir le score et mener logiquement tant son organisation cohérente, notamment sur le plan défensif, gêne les Canaris. Les entrées de Veretout et Trebel donnent un peu de relief au jeu et une touche plus technique. Et le FCN est plus à même de troubler la sérénité messine. Pancrate, à une minute de la fin, manque même un face à face avec le gardien lorrain.
Le public gronde. Nantes (4e) manque un des premiers tournants de sa saison. Un succès pouvait propulser le FCN à trois points de Clermont (3e). Le FCN est aujourd'hui à cinq points du podium… « On n'a pas eu l'impact physique, l'intensité de d'habitude, assène le gardien de but Rudi Riou. Il faut se contenter de ce point. Il y a deux mois, on aurait peut-être perdu ce match. » Le capitaine Matheus Vivian cherche aussi à positiver : « On est frustrés comme tous les supporters nantais. On a trop vite déjoué. Parfois, il faut se contenter d'un point… qui pourrait être très important en fin de saison. Metz est venu chercher un point, ils l'ont obtenu. Pour nous, c'est bien sûr insuffisant à domicile. Il va falloir mieux voyager si on veut être dans les trois premiers. » Et cela commence, dès vendredi, par un déplacement capital à Clermont.