A la Nantaise vote pour un autre président

— 

A La Nantaise (association d'amoureux du FCN créée en 2010) fait la tournée des QG avant les présidentielles. Après avoir été reçue mercredi par le secrétaire national de l'UMP en charge des sports, l'association va présenter ce mardi son projet d'« actionnariat populaire » pour le FC Nantes à Valérie Fourneyron. La députée-maire (PS) de Rouen est en effet chargée des questions sportives auprès de François Hollande.
Auparavant, ALN – qui revendique 2 000 adhérents (supporters, ex-joueurs et dirigeants, chefs d'entreprise…) – avait déjà fait de même auprès du MoDem, d'Europe Ecologie ou du PCF. Ses délégués ont aussi été reçus au ministère des Sports. « En France, beaucoup de projets d'actionnariat populaire restent au stade de pages Facebook, explique Florian Le Teuff, président d'ALN. Au ministère, ils ont trouvé qu'on était arrivés à un degré de réflexion jamais atteint. »
Le projet a franchi une nouvelle étape en novembre dernier, avec la création d'une société à actions simplifiées. Un chômeur peut y investir dès 50 €, un actif pour 100 € et une entreprise 500 €. Celle-ci sera destinée à entrer au capital du FCN aux côtés d'un actionnaire majoritaire, afin de peser sur les « orientations stratégiques » du club, le jour où Waldemar Kita le revendra.

Waldemar Kita se moque d'ALN
Seul hic : le président du FCN n'est pas du tout décidé. Et il n'aime pas la « mascarade » d'ALN. « Ce sont des incompétents qui veulent juste qu'on parle d'eux, s'agace Waldemar Kita. Ils se disent capables de lever 300 000 € par an, mais cela couvre à peine une semaine de dépenses dans un club de L2 comme Nantes ! Quel est l'intérêt pour un investisseur de les avoir à ses côtés ? »G. F.