La ville rejoue les intermédiaires auprès du Racing

— 

La saison dernière, la ville de Strasbourg a tenté de jouer les intermédiaires entre Jafar Hilali et l'association support du club pour la signature de la convention liant les deux parties. En vain. Hier, elle a tenté d'œuvrer pour que Frédéric Sitterlé et cette même association paraphent le document. Et ce, en marge du conseil de CUS où l'opposition a interpellé la majorité sur la situation financière du club. Car, la ville et la communauté subventionnent le RCS à hauteur de 750 000 €.
Frédéric Sitterlé a racheté la marque Racing, via sa société BMV, en septembre à la suite de la liquidation judiciaire du club et monté une SASP, société anonyme sportive professionnelle, pour gérer l'équipe 1. Mais l'investisseur n'a pas encore mis d'argent dans le club, comme il s'y était engagé cet été. Sitterlé affirme : « Dès la signature de la convention, j'apporterai mon financement. »

Des ambiguités à lever
Le problème, c'est que pour l'instant, aucun accord n'est intervenu entre lui et l'association sur la convention SASP ni de marque. « Les deux sont liées », reconnaît Alain Fontanel, adjoint au maire et suiveur du dossier. Car des ambiguités sont à lever. « Est-ce une opération neutre entre la SASP et BMV ou est-ce une opération qui a des conséquences sur le club ? La convention de marque ne doit pas avoir pour effet d'appauvrir le Racing, mais de l'enrichir », explique Fontanel.
Sur son site Internet, L'Alsace proposait, hier, à la lecture, « un contrat de licence de marque » où la location de la marque Racing par le club à BMV pouvait atteindre 1,5 million € si le RCS retrouve la Ligue 1. Hier, lors de son entrevue avec le maire PS, Sitterlé a accepté que les conventions soient soumises à une analyse juridique indépendante. Il s'est également engagé « à assurer l'équilibre financier du club en fin de saison », note Fontanel. L'adjoint au maire espère une solution rapide pour notamment préserver la sérénité des joueurs. L'an dernier, elle n'est jamais intervenue.F. H.