Les tifos de la discorde entre les ultras et la préfecture

— 

Un pétard explose. Puis un deuxième, aussitôt suivi par plusieurs fumigènes. L'espace de quelques minutes, le virage sud du stade Chaban-Delmas a connu une agitation inhabituelle lors de la rencontre entre les Girondins et Lyon dimanche. « Ce n'était que des actions individuelles, assure Julien Baqué, l'un des responsables de l'association de supporters Ultramarines. On voulait montrer à la préfecture ce que donnait un virage sans association pour le gérer. »

« C'est notre poumon »
Cause de la bisbille entre les pouvoirs publics et le kop, l'obligation d'ignifuger les tifos, grandes toiles déployées à l'entrée des joueurs sur la pelouse. Pas traités, les tifos des Ultramarines sont donc exclus des tribunes de Chaban-Delmas jusqu'à nouvel ordre. « C'est une mesure de sécurité, on ne fait qu'appliquer une loi européenne explique le préfet délégué à la sécurité, Hubert Weigel. Si un fumigène met le feu au tifo, on peut avoir un mouvement de panique et des blessés. » Côté tribunes, on conteste une décision tombée en plein milieu de la saison et jugée sans fondement. « En vingt-cinq ans, on n'a jamais eu le moindre souci avec un tifo, explique Julien Baqué. C'est la concrétisation du travail des membres du groupe. Nous l'enlever, c'est enlever notre poumon. »R. B.

diabaté et traoré de retour au haillan

Troisièmes de la Coupe d'Afrique des Nations avec le Mali, Cheick Diabaté et Abdou Traoré ont repris l'entraînement avec les Girondins hier matin, alors qu'ils étaient attendus vendredi au Haillan. « Ils peuvent rentrer en avril s'ils veulent. Ils se pénalisent pour jouer », avait alors lancé Francis Gillot, agacé par le retard des deux joueurs.