Mondial 2006 : les Pays-Bas visent haut

©2006 20 minutes

— 

L'Argentine, éliminée au 1er tour en 2002, et les Pays-Bas, qui ne s'étaient même pas qualifiés pour la dernière édition, débutent leur reconquête de la planète football dans le groupe C, le plus relevé de la Coupe du monde 2006 avec la Côte d'Ivoire et la Serbie-Monténégro.
L'Argentine, éliminée au 1er tour en 2002, et les Pays-Bas, qui ne s'étaient même pas qualifiés pour la dernière édition, débutent leur reconquête de la planète football dans le groupe C, le plus relevé de la Coupe du monde 2006 avec la Côte d'Ivoire et la Serbie-Monténégro. — Ed Oudeaarden AFP/Archives

Absents de la Coupe du monde 2002 à la surprise générale, les Pays-Bas espèrent bien retrouver leur éclat en Allemagne. Embarqués dans un « groupe de la mort » en compagnie de l'Argentine, de la Serbie-Monténégro et de la Côte d'Ivoire, les joueurs de Marco Van Basten rêvent de prendre leur revanche sur le Mondial 1974, où la bande à Johan Cruyff avait chuté en finale face à la RFA, victorieuse sur ses terres. « Je n'aime pas cette expression de “groupe de la mort”, car entre ces quatre équipes qui aiment jouer au football, à mon avis, aucune ne craint l'autre », estime le sélectionneur néerlandais.

Vingt-deux ans après les pionniers du « football total », la sélection « Oranje » s'appuiera sur un savoureux mélange entre joueurs d'expérience au plus haut niveau et derniers-nés d'un inépuisable réservoir de talents. Si le meilleur buteur du championnat néerlandais, Klaas-Jan Huntelaar, a été écarté au dernier moment, l'attaque aura tout de même fière allure, avec un Ruud Van Nistelrooy déjà impatient d'en découdre. « Je ne sais pas dans quel club je jouerai la saison prochaine, mais j'ai dit à mon agent de ne pas me déranger avec cela pendant le Mondial. Je ne me suis jamais senti aussi en forme de ma vie et je ne veux me concentrer que sur ce but ultime », assure le buteur de Manchester United, qui sait que, paradoxalement, l'attaque n'est pas le point fort des Pays-Bas en Allemagne. Pendant les éliminatoires, Edwin Van der Sar et sa défense n'ont pas encaissé de but pendant plus de 900 minutes.

Gaël Anger