Mondial 2006: Profil bas pour les Américains

— 

Quart de finaliste de la dernière Coupe du monde, présente à tous les rendez-vous depuis 1990, l’équipe américaine de football possède pourtant toujours un statut à part dans le monde du football. Par son histoire sportive bien sûr, puisque le football y est considéré comme un sport mineur, mais aussi en raison de la situation politique du pays, dont les joueurs sont bien souvent victimes.
Pour illustrer ce particularisme, les cas ne manquent pas. Le bus des joueurs américains sera le seul à ne pas porter de drapeau distinctif en Allemagne, et le service de sécurité sera déployé en conséquence (lire ci-dessous).«La fois où j’ai le plus eu peur, c’était en France, lors de la Coupe des confédérations 2003. La guerre en Irak était dans tous les esprits, et on sentait tout lemonde très nerveux dès que l’on arrivait quelque part », confie Landon Donovan, la vedette de l’équipe. Progressivement, les joueurs ont appris à vivre avec cette tension. « Quand on joue au Mexique ou au Guatemala et qu’on entend des cris “Ben Laden ! Ben
Laden !”, on se demande où s’arrête la rivalité sportive, et où commence la politique, observe le gardien Kasey Keller. Mais je pense que la plupart des gens savent faire la différence entre la politique
des Etats-Unis et leur équipe de football. »

Gaël Anger

L’équipe américaine a décidé d’établir ses quartiers dans une des rues les plus commerçantes de Hambourg. L’accès y sera surveillé 24 heures sur 24 par les autorités allemandes.