Mondial 2006 : tour de chauffe à Tignes pour les Bleus

©2006 20 minutes

— 

En s'élançant hier matin pour un léger footing sur les hauteurs de Tignes, joueurs et staff confondus, l'équipe de France a donné le coup d'envoi de sa préparation en vue du prochain Mondial allemand. Arrivés la veille au soir, les vingt-trois élus ne s'exprimeront toutefois que jeudi, laissant Raymond Domenech résumer le sentiment général. « Ce groupe a envie de faire quelque chose. Les joueurs sont heureux de se retrouver pour un stage de travail et de convivialité », a déclaré hier le sélectionneur national, tout en précisant qu'il n'avait « aucune inquiétude » sur l'état d'esprit de ses troupes, qui devront faire oublier le désastreux Mondial nippo-coréen de 2002. « Tout peut arriver. Il faut retrouver le bonheur d'être à la Coupe du monde, c'est quand même un événement exceptionnel », a poursuivi Raymond Domenech, muet depuis l'annonce de la liste, le 14 mai dernier.

Concernant les oubliés de la sélection – tel Ludovic Giuly, qui s'est plaint de ne pas avoir eu d'explications –, le sélectionneur, un brin agacé, ne s'est pas particulièrement épanché : « Il y a eu des choix à faire. Je suis désolé, mais à un moment, il faut trancher. Une page est tournée. Appeler les gens pour leur dire qu'ils ne sont pas pris ? Chacun le gère comme il veut. J'en ai appelé certains. Ceux qui sont là doivent montrer leurs qualités qui justifient la sélection. Le reste, c'est l'avenir et l'avenir, c'est le match contre la Suisse », a assuré Domenech en référence au premier match du groupe G, le 13 juin à Stuttgart.

Sébastien Bordas