Volley-ball : entrer dans une nouvelle dimension

©2006 20 minutes

— 

Musique, champagne, petits fours... Tenue correcte exigée, jeudi soir, au Château Ricard (14e), pour fêter deux premières : l'accession en Pro B du Marseille Volley et le titre de champion de France de Nationale 1. L'occasion aussi d'un passage de témoin officiel entre le président sortant, Jean Fiat, principal artisan du renouveau de l'équipe, au plus bas à son arrivée il y a deux ans, et son successeur, Bruno Michelangeli.

Ancien footballeur, ce chef d'entreprise spécialisée dans le béton armé a accepté il y a un mois le défi lancé par le club : installer durablement Marseille Volley en Pro B et l'amener en Pro A d'ici à trois ans. «La Pro B, c'est un autre monde, celui du professionnalisme, assure Michelangeli. Notre équipe comptera huit professionnels, c'est une véritable entreprise. »

Pas le temps de festoyer pour le nouveau président qui, accompagné de son équipe, recherche activement des partenaires : « La priorité est de se stabiliser financièrement et d'assurer le maintien la saison prochaine ». Le coach Emmanuel Dummortier, chargé du recrutement, ne chôme pas non plus : des dizaines de cassettes de joueurs évoluant en France et en Europe lui parviennent chaque semaine. «Marseille est une ville à fort potentiel sportif, clame Bruno Michelangeli. Nous voulons ancrer le club dans l'esprit des Marseillais, au même titre que l'OM, et faire découvrir aux jeunes ce sport si spectaculaire ! »

Julien Giovanella

« Notre ennemi numéro 1, c'est l'argent », admet Bruno Michelangeli. Alors qu'il chiffrait le budget à 400 000 e, le nouveau président de Marseille Volley table désormais sur une enveloppe de 600 000 e.