Basket (Pro A) : les Gravelinois ont du coeur

©2006 20 minutes

— 

A Gravelines plus qu'ailleurs, le mot combat a encore un sens. Ce soir (20h), le BCM accueille Strasbourg, en quart de finale aller de Pro A. Face au champion de France en titre, les Maritimes vont encore jouer sur leur point fort : le mental. Cette équipe a du coeur à revendre. Exemple lors du premier match contre Dijon, en tour préliminaire. Les Nordistes sont menés de 11 points, il reste cinq minutes à jouer. « Je n'ai pas hésité à demander mon 3e temps mort pendant lequel je leur ai dit qu'on n'avait rien à perdre, qu'on avait juste 5 minutes pour créer l'exploit », se remémore Fabrice Courcier. Ses troupes remontent alors leur retard et finissent par « gagner sur l'euphorie ». Ils auraient pourtant toutes les raisons de ne pas s'accrocher. En fin de vie, l'effectif maritime sait qu'il sera démantelé à l'intersaison, à l'exception de Dainus Adomaitis, puisque Frédéric Sarre, le futur entraîneur, a déjà annoncé vouloir « bâtir avec des Français ».

Alors, qu'est ce qui fait courir le BCM ? Très attachés à leur coach, qui ira entraîner Saint-Amand dès la fin de la saison, les joueurs se battent pour lui, histoire de pousser l'aventure un peu plus loin. Et plus ils avancent, plus ils ont d'ambition. « La qualification passe par une victoire chez nous. Après, il suffit de l'emporter une fois là-bas, et on a montré en phase régulière (défaite 87-80) qu'on n'en était pas loin », explique Fabrice Courcier, qui sera toujours privé de Thomas Dubiez et Kevin Johnson, les blessés de longue durée.

Antoine Maes