plus un point à perdre

Jean Christophe Magnenet

— 

Anthony Mounier et ses coéquipiers ne doivent pas revenir les mains vides.
Anthony Mounier et ses coéquipiers ne doivent pas revenir les mains vides. — J.C. MAGNENET / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

«C'est insuffisant. » Hier matin, le président de l'OGC Nice, Jean-Pierre Rivère, s'est longuement entretenu avec ses joueurs avant le début de l'entraînement. Avec un discours clair et ferme. « Tout le monde ne joue pas à son niveau, et on ne peut plus laisser de points en route », a expliqué le dirigeant niçois à ses troupes. Le but de ce « message de solidarité » ? « Mettre chacun devant ses responsabilité », assène le président, qui « ne veut plus avoir de regrets à chaque match... On donne à chaque fois le bâton pour se faire battre  ! »

Les écueils se multiplient
Le déplacement de l'OGC Nice en Corse, demain soir, est lourd d'enjeux. Lanterne rouge de Ligue 1, le Gym est à trois points d'Ajaccio, 15e. Une victoire peut sortir les Aiglons de la zone de relégation, mais une défaite laissera un concurrent direct pour le maintien prendre le large. Cette équipe corse, que l'on disait condamnée à la relégation voilà quelques semaine, est « actuellement en pleine confiance », grâce à une belle série de victoires, rappelle René Marsiglia.
Ecueil supplémentaire : l'entraîneur des Aiglons n'a plus aucune profondeur de banc. Aux joueurs partis à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) s'est ajoutée une longue liste de blessés. Les footballeurs niçois devront également se battre sans le douzième homme, puisque, pour éviter tout risque d'affrontement entre supporters, les autorités corses ont décidé d'interdire le déplacement du public niçois.