Des rivaux, malgré tout

Nicolas Stival

— 

Cette saison encore, quelque 900 amoureux du TFC prendront l'autoroute vers Bordeaux avec un seul mot d'ordre, peint sur leurs banderoles : « La Garonne est Viola et elle le restera ! » « Pour les supporters des deux équipes, ça reste un gros derby, lance Mathieu Berges, ancien président et toujours membre actif des Indians Tolosa 1993. Chaque camp essaie de s'approprier le fleuve. Gagner ce match reste assez unique. » Pour les participants en revanche, la notion de derby s'est diluée au fil du temps. « Aux yeux des joueurs, ce type de rencontres est beaucoup moins important qu'auparavant, convient Alain Casanova, au TFC depuis bientôt vingt ans. Ceci dit, 60 % de notre effectif vient du centre de formation. Et chez les jeunes, l'idée de suprématie régionale existe toujours. Quelques grands compétiteurs présents au club depuis longtemps la ressentent aussi, comme Pantxi Sirieix ou Etienne Didot. » « Quand on discute avec les gens d'ici, on sent une fierté de prendre le dessus sur Bordeaux, qui a eu beaucoup de résultats dans un passé très proche », approuve Didot.

Le passé parle pour Bordeaux,

le présent pour le TFC
Sur le plan du palmarès, les Girondins mènent six titres de champion de France (le dernier en 2009) à zéro et trois Coupes de France à une face aux Haut-Garonnais. Mais la tendance s'équilibre, pour ne pas dire plus. La saison dernière, le TFC s'était imposé au stade Chaban-Delmas (1-2) après six défaites d'affilée. Et aujourd'hui, l'équipe d'Alain Casanova (7e), compte sept points d'avance sur la formation de Francis Gillot (9e). « Au niveau de la valeur entre les deux clubs, il n'y a pas de complexes à avoir », glisse le technicien toulousain. Surtout après le match aller au Stadium, remporté 3-2 par le TFC, le 17 septembre dernier, alors que les Bordelais menaient 0-2. W

Pelouse bâchée

Le gazon bordelais sera protégé du gel par une bâche jusqu'à demain matin, et peut-être chauffé cette nuit. « Le plan de jeu dépendra aussi du froid », annonce Casanova. Or, le temps sera glacial, demain à 21 h.