CARrASSO AVAIT PRIS RENDEZ-VOUS

ROMAIN BAHEUX

— 

Tout semblait trop calme. Le froid sur le parc des sports d'Annecy, une rencontre avec autant de rythme qu'il y a de marée dans le lac voisin, et le souvenir du non-match à l'aller en septembre à Chaban-Delmas (0-0). M. Rainville décida alors de pimenter cet Evian-Bordeaux et siffla un penalty pour une faute de Cédric Carrasso sur Sagbo (69e). Ce dernier trouva la main ferme du portier girondin qui préservait le match nul de son équipe (0-0). «J'ai la chance de l'arrêter, tant mieux », glissa le gardien au micro de Foot+ au terme d'une rencontre où ses équipiers ont subi l'envie des Haut-Savoyards.

« Programmé pour faire un truc »
Par cet arrêt, le gardien a conclu un mois de janvier où il a enchaîné les prestations de haut vol. Décisif à chaque rencontre, Cédric Carrasso est en pleine possession de ses moyens en ce début d'année. Rien de bien surprenant à l'écouter. « J'étais programmé pour faire un truc à ce moment-là, racontait-il vendredi devant la presse. Il y a beaucoup de matchs dans la saison et on ne peut pas être performant tout le temps. Les restes de mes deux graves blessures (genou en 2003, tendon d'Achille en 2007) perturbent ma préparation. J'aimerais pouvoir faire autrement mais c'est comme ça. »
Hier, il n'a quasiment rien eu à faire avant que Michaël Ciani, par une relance maladroite dans l'axe, ne l'oblige à bloquer Sagbo qui filait au but. Une belle horizontale plus tard et le portier girondin avait sauvé le terne match de son équipe. « C'est un bon point, car on n'a pas eu d'occasions franches en seconde période. On reste sur notre bonne série en allant prendre un point à l'extérieur. On va maintenant essayer de gagner à domicile samedi (contre Toulouse). » ça aussi, c'est programmé ?