LNR: Pierre-Yves Revol prêt à démissionner

RUGBY Le président de la Ligue nationale décrète l'état de crise...

R.S.

— 

Le président de la Ligue nationale de rugby, Pierre-Yves Revol, au siège de la Ligue à Paris, le 25 janvier 2012.
Le président de la Ligue nationale de rugby, Pierre-Yves Revol, au siège de la Ligue à Paris, le 25 janvier 2012. — AFP

Cette fois, le président de la Ligue est à bout. Mis à l’index dans la gestion de «l’affaire Boudjellal», Pierre Yves Revol n’a pas digéré les accusations de Bernard Laporte, vendredi, qui lui reprochait d’intervenir dans le recrutement de Castres, son ancien club. Le président de la LNR a donc décidé de convoquer une assemblée générale extraordinaire des clubs du Top14 et de Pro D2 après ces accusations de conflit d’intérêt.

Dans son édition de samedi, L’Equipe publie une tribune du président Revol, envoyée par mail sous le coup de la colère. Il y explique la nécessité de parler d’éthique à l’occasion de la prochaine AG extraordinaire. «On va parler entre nous de toutes les déclarations ou insultes publiques sur l’arbitrage ou sur les uns et les autres. Du comportement et des responsabilités des présidents. On va savoir ce que les présidents veulent fauire de notre rugby professionnel (…) maintenant ceux qui sont en train de faire passer l’arbitrage et la LNR pour le royaume des copains et des coquins et sont en train de salir le rugby et ses institutions n’ont qu’à se présenter aux élections.»

Sur RMC, le président de la Ligue est allé encore plus loin, admettant qu'il pouvait démissionner s'il ne se sent pas totalement soutenu lors de la prochaine AG. «La démission pourrait donner raison à celui qui veut mettre le feu au rugby (Boudjellal, ndlr). Je pense que je terminerai mon mandat sous réserve que je sente que mes idées sur une certaine éthique du rugby et d’autres sujets majeurs, sont partagées. Et qu’on retrouve la sérénité nécessaire pour travailler.»