Diego, le zorro du Tours FC

David Phelippeau

— 

Repéré de manière fortuite. C'est au fin fond de la Hongrie que Max Marty, le directeur sportif du Tours FC, est allé dégoter le Brésilien Diego (23 ans) il y a un an et demi. « J'allais pour superviser Gui-Guié (actuellement à Nice) au Budapest Honved et j'ai vu ce Diego, raconte Marty. Ce n'est pas si simple de repérer des joueurs comme ça. Encore faut-il avoir l'idée d'aller en Hongrie… » Le Tours FC débourse alors 150 000 euros pour s'attacher les services de ce milieu offensif de presque 22 ans. Une somme « importante » pour un club qui n'a pas pour habitude de recruter à grand renfort de chèques…

Chauvin le craint beaucoup
Sa première année en Indre-et-Loire est ponctuée de 4 buts en 27 matchs. Mais c'est surtout depuis le début de cette saison qu'il crève l'écran de la Ligue 2 avec notamment 5 buts et 6 passes décisives. « C'est un joueur rare, polyvalent, il est à l'origine de 2/3 de nos buts, explique Marty. Il n'est pas banal. » Au point que le directeur sportif estime qu'il y a une « Diego dépendance ». Sa force ? Un pied gauche chirurgical. « Il est super important pour nous sur phases arrêtées, poursuit le capitaine tourangeau Julien Cardy. Les adversaires s'en méfient vraiment. » Landry Chauvin, le coach du FC Nantes, le premier : « Le coup de patte de Diego est un danger constant sur coups de pied arrêtés. Pas besoin d'avertir davantage les joueurs, le simple fait de voir les buts de Diego en vidéo suffit. »
Acheté 100 000 €, Tours pourrait faire une jolie plus-value en cas de revente. Marty ne nous donnera pas de chiffre. Simplement laissera-t-il sous-entendre qu'il vaut plus de 2 millions d'euros… « Car à ce prix, j'en ai eu des offres, lâche-t-il. Et Diego est toujours là et il est bien chez nous. » Giroud (Montpellier) et Koscielny (Arsenal) se sentaient eux aussi très bien en Indre-et-Loire avant d'aller voir plus haut…

l'aller a marqué...…

Demain, 14 h 30, le FCN (10e) reçoit Tours (7e). À l'aller, les Canaris s'étaient inclinés 2-1 contre le cours du jeu. Un match référence « dans l'expression offensive à l'extérieur », selon Chauvin. Diego sur coup franc avait doublé la mise pour Tours.