Euro 2012: Cette fois, c'est fini pour les Experts

HANDBALL Après leur défaite face à la Croatie (22-29)...

Bertrand Volpilhac, à Novi Sad

— 

Nikola Karabatic (à droite) et les Bleus se sont inclinés face à la Croatie 22 à 29, le 24 janvier.
Nikola Karabatic (à droite) et les Bleus se sont inclinés face à la Croatie 22 à 29, le 24 janvier. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial en Serbie,

Le roi était vacillant, il est désormais tombé. Non pas sans combattre, mais en affichant une nouvelle fois toutes ses limites. On savait que l’équipe de France n’était plus invincible depuis la semaine dernière, on a désormais la confirmation qu’elle n’est plus la meilleure d’Europe après cette élimination au deuxième tour de l’Euro, en Serbie. Avec courage, elle a résisté une mi-temps à une impressionnante Croatie, sa meilleure ennemie, avant de s’effondrer en fin de rencontre (22-29) et de mettre fin à un règne sans partage depuis les Jeux de Pékin, en 2008.

>> Pour revivre le match face à la Croatie, c'est par ici

«Un match à l’image de l’Euro»

«On a donné tout ce qu’on avait mais ça ne suffisait pas, souffle le sélectionneur, Claude Onesta, presque résigné. Pendant 45 minutes, on a fait un match plein, mais on retombe dans nos difficultés dans la finition, cette incapacité à prendre des shoots.» Avec un Nikola Karabatic encore une fois en grande détresse offensive, les Experts ont réalisé un «match un peu à l’image de l’Euro, poursuit Guillaume Gille. On a alterné le bon et le moins bon, on a perdu énormément de ballons… Cette défaite est logique.»

Et c’est sans doute ça le plus inquiétant. A six mois des Jeux de Londres, l’équipe de France, si elle a été capable de redevenir elle-même par séquence, est tombée mardi soir contre plus fort qu’elle. Jamais les Bleus n’ont montré cette sérénité, cette agressivité défensive, cette insolente réussite qui a fait sa force ses dernières années. «On subit le jeu, explique Onesta. On n’avait pas suffisamment d’armes aujourd’hui pour faire un match entier. L’équipe n’est pas assez solide dans sa tête pour ce genre de matchs.»

 Maintenant, la vraie question est de savoir s’il s’agit d’un accident ou de la fin de cycle d’une équipe vieillissante (29 ans de moyenne d’âge). Seule la performance à Londres pourra répondre à cette question. Ce rendez-vous, les Experts l’ont déjà en tête et vont commencer à le préparer dès mercredi, dans un match pour l’honneur face à l’Islande (16h10). «C’est important de bien finir une compétition, conclut Didier Dinart. L’équipe de France doit se forger dans des moments comme ça.» La défaite a aussi ses vertus, même si les Experts ne s'en souviennent peut-être plus…