Les Déferlantes surfent sur la vague Bonnan

— 

L'année 2011 est morte, vive 2012. C'est ce que peut clamer le Nantes Rezé basket depuis trois semaines. Touché par les blessures et les mauvais résultats lors de la première partie de saison, le club du président Frère reste sur trois succès depuis janvier. Le dernier en date, dimanche, au Hainaut

(56-58), permet au NRB (8e de Ligue) de compter trois victoires d'avance sur la premier relégable Lyon... Comment expliquer un tel regain de forme ? Le retour de l'intérieure Aurélie Bonnan y est pour beaucoup. « On peut parler d'effet Bonnan, estime la capitaine et meneuse Caroline Aubert. Elle est leader dans sa façon d'être. Quand il faut secouer le cocotier, elle est là ! Et même en dehors du terrain, elle donne de la confiance et de la sérénité à toute l'équipe. » Ajouter à cela le retour en forme d'Aminata Nar Diop et cela donne un NRB plus compétitif. « Maintenant, on a dix joueuses interchangeables, poursuit Aubert. A l'échauffement, dimanche, je me suis dit : “Ça y est, on a enfin dix joueuses qui ont le niveau Ligue féminine !” Il y a peu de formations dans la division qui peuvent dire ça. » Les succès s'enchaînent, l'ambition affleure.

Aller chercher l'Europe
« Tout cela nous relance, reconnaît Aubert. J'espère qu'on a mangé notre pain noir parce qu'on a vraiment été miné par les soucis. » Que peut espérer le NRB alors qu'il est déjà éliminé de l'Eurocoupe et qu'il lui reste un dizaine de journées de Ligue ? « On a beaucoup trop de retard pour le Top 4 (trois victoires de différence), estime Aubert. Il faut viser la cinquième place (qui devrait être européenne). La saison sera sauvée si on est en Coupe d'Europe la saison prochaine. »D. P.