« Mentalement, ils m'impressionnent tous »

— 

Le pilier de l'UBB, Nicolas Décamps, victime d'une rupture des ligaments croisés du genou il y a quatre mois, tire un coup de chapeau à ses partenaires, auteurs d'un bon parcours en Top 14.

Comment se passe votre rééducation ? Vous avez

une date pour votre retour ?
Je suis bien, je n'ai plus de douleurs. Je suis largement dans les temps. J'aimerais bien revenir en fin de saison, si le club est déjà maintenu, figurer sur une feuille de match pour l'une des deux dernières rencontres. Mais c'est sûr que s'il y a de l'enjeu jusqu'au bout, je ne rejouerai pas cette année.
Quel regard portez-vous sur la progression de votre équipe ?
Collectivement, on est bien huilé. C'est une équipe qui ne lâche rien, qui gagne même dans les arrêts de jeu. On a beaucoup progressé défensivement, en étant obnubilé par la réussite. Mentalement, ils m'impressionnent tous. Au début de la saison, ce n'était déjà pas mal, mais ce n'était pas ce niveau.
On imagine toute la frustration

qu'il peut y avoir à regarder

les matchs depuis les tribunes…
Ca fait plaisir de voir des victoires, mais ça fait aussi bizarre de voir l'équipe gagner sans moi. Les absents ont toujours tort. Quand je les vois aussi fort, je me dis, j'espère que je n'aurais pas fait moins bien (rires).Recueilli par M. N.

Un joueur proche de laurent Armand

« Je suis encore sous le choc parce que je le connais depuis longtemps », confie Nicolas Décamps, lorsqu'il évoque Laurent Armand, toujours hospitalisé après l'AVC dont il a été victime le 2 janvier. « C'est un des principaux soutiens que j'ai dans le staff, un entraîneur auquel je tiens beaucoup, qui m'a toujours aidé. Il me tarde de le voir sur pied. »