Marseille a eu bien du mal à se transcender

ROMAIN CANUTI

— 

C'est à croire que les Marseillais ont suivi attentivement le tirage au sort de la Coupe de France avant de jouer contre Le Havre. Qu'ils étaient peu emballés à l'idée de disputer un match piège contre une formation de CFA (Bourg-Péronnas) pour atteindre les quarts de finale de la compétition.
Dès le début de la rencontre, les visiteurs mettent bien plus d'envie que l'équipe de Deschamps, pourtant pas loin de sa plus belle configuration. En contre, Ryan Mendes fait parler sa pointe de vitesse et sa puissance pour résister au retour d'Azpilicueta et tromper Mandanda dès la 5e minute. Derrière, les Phocéens ne paniquent pas et prennent le contrôle du jeu. S'ils ne se procurent pas pléthore d'occasions, ils ont le mérite de ne pas céder à la panique ou à la tentation individuelle, même lorsqu'un penalty pour une main dans la surface n'est pas sifflé à la 37e minute. Au retour des vestiaires, Mendes, décidément très bon, a la balle de break sur un mauvais renvoi de la tête de la défense olympienne, mais il frappe trop fort. Un tournant. Car à force de pousser, l'OM finit tout de même par égaliser sur une tête de Brandao, en embuscade derrière une sortie ratée de Placide sur un centre d'Amalfitano. Les Marseillais ne prennent pas pour autant définitivement le dessus, Mendes se procure encore deux occasions franches, alors que Bonnet rate l'immanquable. Il faut donc attendre la prolongation pour voir Amalfitano délivrer les siens d'une frappe limpide aux 30 mètres, avant un dernier but en contre de Rémy. L'OM se qualifie, en ayant tout de même vu Lucho et Mbia sortir sur blessure. Il faudra montrer plus d'envie contre Bourg-Péronnas.