Anne-Sophie Barthet veut s'« approcher du podium »

— 

Ciao Maribor, bonjour Kranjska Gora. Faute de neige, les étapes de Coupe du monde de géant et de slalom initialement prévues dans la deuxième ville de Slovénie ont été reprogrammées dans une autre station de ce pays, samedi et dimanche. « Je vais essayer de corriger les derniers résultats, indique Anne-Sophie Barthet. Dès que la confiance reviendra, je pense qu'il n'y aura pas de soucis pour intégrer le Top 10. Et avant la fin de saison, j'aimerais bien m'approcher d'un podium. » Auteur d'une fin d'année 2011 très correcte, la Toulousaine licenciée à Courchevel reste sur trois courses décevantes. « La saison a bien démarré, détaille-t-elle. Je n'ai jamais terminé plus loin que la 22e place en géant, et j'ai fait 15e, 12e et 17e en slalom. Puis, il y a eu des soucis d'entraînement à cause des conditions météo. Il y avait soit trop de neige, soit pas assez. Et j'ai senti quelques douleurs au genou. » Malgré ses soucis, Barthet est la troisième meilleure Française au classement de la Coupe du monde de slalom géant (26e au général), et la deuxième en slalom (21e au général). Son dernier stage à Risoul (Hautes-Alpes) a encore alimenté son optimisme naturel. « On a passé six journées parfaites. Il faisait -12 °C, avec de la neige juste comme il fallait. On vient vraiment d'attaquer l'hiver ! » Lequel s'achèvera à la mi-mars, avec la dernière manche de Coupe du monde.N. S.

Camarade de Teddy Riner à Sciences Po Paris

La jeune Toulousaine (23 ans) vient d'intégrer la prestigieuse école, comme le meilleur judoka du monde, qu'elle ne côtoie pourtant pas. « Je suis mes cours par e-learning, sur internet, avec un tuteur, explique-t-elle. Je dois faire ma première année sur deux ans, et ma spécialité sur quatre. Je ne sais pas encore vers quoi je vais m'orienter. »