Yannick Jauzionne voit plus la vie en Bleu

Nicolas Stival

— 

Toulousain depuis 2002, le Tarnais a récemment prolongé jusqu'en 2013.
Toulousain depuis 2002, le Tarnais a récemment prolongé jusqu'en 2013. — F. LANCELOT/SIPA

Pour vivre des sensations fortes avant le terme de sa carrière, Yannick Jauzion peut toujours compter sur le Stade Toulousain. Ménagé samedi face au Connacht (24-3), le trois-quarts centre de 33 ans fera son retour vendredi à Gloucester, lors d'un véritable « huitième de finale » de Coupe d'Europe, selon le manager général Guy Novès. Et la prolongation de contrat d'une saison, validée le mois dernier, lui donne encore la possibilité d'enrichir son palmarès en club, riche depuis 2002 de trois Coupes d'Europe et de deux Boucliers de Brennus.
En revanche, la vie en Bleu du Tarnais s'est plus que probablement achevée à Rome, en mars 2011, à l'issue d'un revers historique face à l'Italie dans le Tournoi des VI Nations (22-21). « Mon avenir en équipe de France n'est plus trop d'actualité, convient-il, même s'il n'a jamais officialisé sa retraite internationale et affiche une forme digne du plus haut niveau. L'horizon 2015 [année du Mondial en Angleterre] demande des joueurs plus jeunes. J'espère qu'ils se régaleront. » Lui, en tout cas, s'est régalé pendant ses dix ans chez les Bleus (73 sélections, 20 essais). « Je regarde le bilan dans son ensemble, lâche le sage Jauzion, vainqueur de trois Tournois (dont deux Grands Chelems) et deux fois demi-finaliste de la Coupe du monde. Quand je suis parti de Graulhet [pour Colomiers] à 22 ans, j'étais loin de penser que je ferais cette carrière internationale. J'ai été sélectionné au bout de six mois, même si, blessé, je n'ai pas pu disputer le Tournoi [en 2001]. A la fin, ça va aussi plus vite qu'on ne le pense, mais c'est comme ça. C'est une expérience. Même à 33 ans, on continue de mûrir. » Pendant que onze de ses coéquipiers, présélectionnés, espèrent disputer le prochain Tournoi des VI Nations, Jauzion sait qu'il restera au bercail. Novès, Elissalde ou Bru ne s'en plaindront pas. W