Sikimic a retrouvé sa place

Floréal Hernandez

— 

Milovan Sikimic n'est pas Thierry Henry. Déjà, le Serbe ne joue pas attaquant mais défenseur. Et contrairement au Gunner, il n'a pas mis de but pour sa première avec le Racing à Chaumont (0-3), samedi. Il n'en a pas été loin avec une transversale trouvée, action qui a ensuite amené l'ouverture du score par David Ledy. « Mais Henry, c'était du pied, moi de la tête, rigole-t-il. Je suis content d'avoir participé au but de David. Marquer n'est pas mon job, même si ça peut dépanner de temps en temps. »
Sa première à Chaumont a été tranquille. « On n'a pas été trop mis en difficulté. ça nous a laissés le temps de nous connaître, explique Ludovic Golliard, son pendant de la charnière centrale. L'an dernier, il jouait à sa droite avec Julien Outrebon qui m'a précédé à Créteil. L'association est presque la même. » A sa gauche, Sikimic avait Vincent Guignery. « C'était un premier match pour moi aussi après ma suspension d'un mois. Il n'y a pas eu de souci », affirme le latéral.
L'expérience du back four strasbourgeois – Donzelot jouait à droite – facilite le travail de François Keller. « Il n'y a pas besoin de travailler tactiquement », admet le coach. Sikimic a simplement dû apprendre à connaître ses partenaires. « C'était facile, car ce sont des joueurs intelligents, bons dans le placement », a observé l'ancien Guingampais, qui n'a pas hésité à prendre la parole.
Keller a noté que débuter par un succès était important pour Sikimic. « Je suis soulagé, confirme le défenseur. C'était mon premier match avec l'équipe et même si j'ai déjà porté le maillot de l'équipe, tout a changé entre-temps. » Samedi, un succès pour son retour à la Meinau lui tient également à cœur.

Découverte du gel

La froidure actuelle a gelé les terrains de la Meinau. « ça a permis aux joueurs du Sud de voir la nécessité d'une paire de stabilisés, sourit François Keller. Une bonne découverte pour certains avant samedi. »