« le président défend son équipe »

RECUEILLI PAR ROMAIN CANUTI

— 

Sébastien Bruno avait déjà évolué sous les ordres de Bernard Laporte en équipe de France.
Sébastien Bruno avait déjà évolué sous les ordres de Bernard Laporte en équipe de France. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Bonne ambiance au RCT. Les avants s'entraînent avec… un chien au milieu du terrain. « C'est celui de Carl Hayman, sourit Sébastien Bruno. Mais il n'est pas fou non plus, il ne se frotte pas à nous. » Entretien avec un talonneur sûr de la force de son équipe.

Quel regard portez-vous

sur la saison du RCT ?
On a vu qu'on n'est pas encore au niveau de Toulouse ou Clermont. Mais on peut encore progresser. Si on est en phase finale et qu'on les retrouve, sur un match, ça peut parfois ne pas se jouer à grand-chose.
Comme l'arbitrage ?
Le président a mis pas mal la pression. Après, il défend son équipe, son club, on ne peut pas lui reprocher. J'ai joué à Sale, par exemple. Le Chairman, comme on l'appelle, ne se mêle pas trop du sportif. Mais bon, Mourad, c'est Mourad. Il ne veut pas se faire marcher dessus. C'est pour le bien de l'équipe. Les arbitres savent désormais que Toulon, il ne faut pas l'arbitrer n'importe comment.
Il ne ménage pas

non plus ses joueurs...
On le connaît, c'est notre employeur, il faut l'accepter. Quand on fait des bons matchs et qu'il est content, il nous le fait savoir aussi. C'est lui qui nous fait vivre, des fois, ça ne nous fait pas plaisir de se faire maltraiter dans les journaux, mais le rugby, c'est aussi notre métier.
Quelle est la différence entre le Toulon de Bernard Laporte par rapport à celui de Philippe Saint-André ?
Bernard met moins de gants. Philippe est plus à l'anglo-saxonne, il donne plus de liberté aux joueurs, il estime qu'ils doivent se prendre en main. Il aime communiquer avec ses leaders par rapport au jeu. Bernard, lui, est plus directif, il donne un peu plus de coups de bâton, il veut que les joueurs soient vraiment à son écoute. Dans certaines séances vidéo, quand ça ne se passe pas bien, il y en a qui se font charger. Mais pour l'instant, ça se passe bien.