Hand: Les Experts affrontent la Norvège ce mardi, premier match préparatoire à l'Euro-2012

© 2012 AFP

— 

L'équipe de France de handball affine, mardi (20h00) à Toulouse face à la Norvège, sa préparation à l'Euro, le premier des deux grands rendez-vous de 2012 avant les jeux Olympiques de Londres.
L'équipe de France de handball affine, mardi (20h00) à Toulouse face à la Norvège, sa préparation à l'Euro, le premier des deux grands rendez-vous de 2012 avant les jeux Olympiques de Londres. — Attila Kisbenedek afp.com

L'équipe de France de handball affine, à partir de 20h ce mardi soir, sa préparation à l'Euro, le premier des deux grands rendez-vous de 2012 avant les jeux Olympiques de Londres. Les Experts affrontent en match amical ce mardi la Norvège au palais des Sports André Brouat de Toulouse, puis jeudi à Paris-Bercy.

"Ces deux compétitions, qui surchargent le calendrier, ne sont pas concurrentielles", a souligné lors d'un point-presse lundi le sélectionneur Claude Onesta, pour qui "l'Euro n'aura pas d'incidence directe sur les Jeux". Les champions d'Europe, olympique et du monde en titre, qui vont faire face à ce double objectif, vont déjà aborder la compétition européenne, "la plus relevée", selon l'ailier Luc Abalo, avec des rendez-vous déterminants dès le premier tour, avec l'Espagne, dès le 16 janvier, puis la Russie et la Hongrie.

Honrubia pourrait être appelé en cours de compétition «si le besoin s'en fait sentir»

"Il va falloir être prêt très vite, ce qui n'est pas notre habitude. On a plutôt tendance à poser des problèmes aux équipes dans la durée", a poursuivi Onesta pour qui le match contre l'Espagne sera "déjà une finale potentielle". S'ils passent ce premier tour, les équipiers de Nikola Karabatic, champion des champions français 2011, pourraient être confrontés à la Croatie et à la Norvège.

La Norvège est "une équipe sérieuse", selon Onesta. Ces rencontres face aux Scandinaves, qui comptent dans leurs rangs des joueurs rôdés aux championnats étrangers comme Bjarte Myrhol et Borge Lund (Rhein-Neckar Löwen) ou Magnus Dahl (Paris) vont permettre "une montée en puissance". "Rien ne remplace les matches", a souligné Onesta, satisfait du retour des Montpelliérains Mickaël Guigou et William Accambray, remis de leurs blessures. "Physiquement, j'ai tellement bossé que je me sens prêt", a confié le premier.

"Il n'y a pas de volonté de sanction ni d'exclusion de Samuel Honrubia" (le troisième blessé de l'équipe de France), qui pourrait être appelé en cours de compétition "si le besoin s'en fait sentir", a déclaré le sélectionneur. Face à des Norvégiens, 9es du dernier Mondial suédois et que les Experts avaient battus (31-26) lors du tour principal, la plupart des Bleus auront du temps de jeu, ce qui permettra à l'encadrement "de tirer des enseignements" en vue de la liste de 16 joueurs partants pour la Serbie.

Eviter un nouveau revers slovaque

"Notre problème, c'est notre jeu, pas celui des autres", a-t-il souligné. "Si on joue notre jeu de manière performante, on peut imaginer dominer les autres. Si vous pouvez tordre votre adversaire, une semaine après ou dix jours après, il aura encore quelques douleurs", a poursuivi Onesta en se souvenant du revers de Limoges (28-30) face à la Slovaquie, début novembre.

Claude Onesta, qui devra faire un choix parmi les 21 joueurs présents à Toulouse puis Paris, a estimé qu'"aussi douée qu'elle puisse être, quand elle ne met les ingrédients en terme d'engagement, de détermination, d'agressivité", l'équipe de France peut se faire surprendre. "Comme on peut perdre contre la Slovaquie, on peut perdre contre d'autres", a averti Onesta.