Football (Ligue 1) : Lille jugé à son injuste valeur

©2006 20 minutes

— 

Le paradoxe. En passe de se qualifier pour la deuxième fois consécutive pour la Ligue des champions, le Losc traîne comme un boulet une réputation d'équipe défensive, ou pire, ennuyeuse à voir jouer. « Je recommande aux gens qui pensent ça de se procurer le DVD de la saison passée. Ils se rendront compte qu'on ne marque pas que sur coup de pied arrété », répond Claude Puel, quelque peu vexé par les critiques sur le jeu supposé « frileux » de sa formation.

Les chiffres donnent raison à l'entraîneur des Dogues : Lille possède cette année la deuxième meilleure attaque du Championnat (54 buts inscrits), derrière Lyon (65). Et lors des trois derniers matchs, Kader Keita et ses coéquipiers ont trouvé le chemin des filets à neuf reprises (trois fois contre Bordeaux, deux à Lens et quatre face à Lyon). A la veille d'affronter l'OL la semaine passée, Geoffrey Dernis ne voulait d'ailleurs pas résumer l'affrontement à un match entre techniciens lyonnais et tâcherons lillois. « Il ne faut pas exagérer, on n'a pas les pieds carrés quand même ! On sait aussi jouer au ballon, marquer des buts », clamait le milieu offensif lillois, auteur de 7 passes décisives cette saison, dont une bonne part pour Peter Odemwingie, deuxième meilleur réalisateur de L1 (14 buts) derrière Pauleta.

« Peut-être que les gens résument notre jeu après nous avoir vu sur quelques matchs en Ligue des champions », tente d'expliquer Claude Puel. Une compétition dans laquelle ses Dogues n'ont en effet marqué qu'un seul but, contre Manchester United (1-0). En football, les préjugés ont la vie dure.

Antoine Maes