Une organisation des secours très poussée

— 

Les médecins et sauveteurs du Dakar n'ont donc rien pu faire pour sauver Jorge Boero. Malgré leur intervention express après la chute de l'Argentin. « C'est un motard polytraumatisé qui n'a pas survécu, indique le Dr Florence Pommerie, médecin en chef du Dakar. Un traumatisme thoracique et abdominal, et cranien aussi. Il n'avait pas d'antécédent médicaux, il était préparé. C'est un accident. » Sur le rallye, trois hélicoptères médicaux sont opérationnels en permanence. Le cas échéant, d'autres hélicoptères de course (presse, organisation) peuvent être réquisitionnés. Dix voitures médicales sont également présentes tout au long du parcours. Le dispositif de secours de

la course réunit 35 personnes 24 heures / 24. Au bivouac, un hôpital de campagne est installé, mobilisant une trentaine de médecins, dotés de matériel d'urgence.
Quant aux pilotes, ils sont équipés d'un système appelé « Iritrack ». Ce petit boîtier installé sur tous les véhicules permet aux concurrents d'être localisés en permanence. Il assure un suivi satellite, mais sert aussi de système d'alerte en cas d'incident.R. S.