le dakar à peine commencé, déjà endeuillé

de notre envoyé spécial en argentine, romain scotto

— 

Le pilote amateur Jorge Boero participait à son deuxième Dakar.
Le pilote amateur Jorge Boero participait à son deuxième Dakar. — C. HEIT / AP / SIPA

Quelques heures seulement après le grand départ de Mar del Plata, le Dakar est endeuillé. Un motard argentin de 38 ans, Jorge Boero (le numéro 175), est décédé lors de la première spéciale après une chute. Ce pilote originaire de Buenos Aires, qui disputait son deuxième Dakar, était marié et père d'une fille de 2 ans.
Celui qui avait pour seule ambition de « finir » a chuté à cinq kilomètres de la fin de la spéciale, à 10 h 19 (14 h 19 en France), lors de la première étape (longue de 820 km) ralliant Mar del Plata à Santa Rosa de la Pampa. Malgré l'intervention des secours cinq minutes plus tard, il est décédé ,d'un arrêt cardiaque lors de son transfert vers l'hôpital en hélicoptère. « Il chute dans une ligne droite à 80 km/h. On ne sait pas ce qu'il s'est passé. C'est une grande tristesse, évidemment, confie David Castera, le directeur sportif de la course. Le Dakar se veut une fête, une grande aventure, une découverte avec des risques. Les motards le savent. Ce sont eux qui paient le plus lourd tribut. Le motard est exposé, il n'y a rien pour le protéger. » Sur la route ralliant Santa Rosa, les pilotes n'avaient pas de difficulté majeure à affronter. Un paysage de bord de mer, avec des dunettes en guise de premier test. « Il y avait pas mal de vent au bord de la mer et la moto bougeait dans les sauts, explique Cyril Desprès, 2e du Dakar l'an passé. Ça fait toujours chier quand on part tous de chez nous pour faire une aventure et que l'un de nous ne rentre pas. Malheureusement, ça fait quelques années que je fais face à ces peines. La réalité est brutale. »
Ce décès, le vingtième d'un concurrent en course, survient deux ans seulement après celui de Pascal Terry, un motard français mort lors d'une étape qui partait cette fois de Santa Rosa de la Pampa.