L'abécédaire sport de l'année 2011

RETROSPECTIVE «20 Minutes» fait le point sur les noms propres, les expressions et les mots qui ont marqué l'année...

B.V. et A.P.

— 

Le Néerlandais Johnny Hoogerland après son passage dans les barbelés, le 11 juillet 2011
Le Néerlandais Johnny Hoogerland après son passage dans les barbelés, le 11 juillet 2011 — Stringer France/REUTERS

 A comme Annoncé au PSG

Dimitar Berbatov, Samuel Eto’o, Carlos Tevez, Ganso, Kaka, Eden Hazard, Marvin Martin, Neymar, plus 45 autres noms à la louche: en 2011 le PSG a squatté la rubrique transferts. Pas une journée sans une rumeur pour le le club de Tamim bin Hamad al-Thani. Le PSG est devenu le Manchester City de la Ligue 1. Quand on veut vendre son joueur plus cher, on dit qu’il va signer au PSG. Et avec un peu de chance on arrive même à vendre sa star au PSG. Comme Palerme avec Javier Pastore.

B comme Balotelli

Balotelli n’arrive pas à mettre sa chasuble... Balotelli met le feu à sa maison avec des pétards... Balotelli marque de l’épaule... Balotelli tire et rate un pénalty du talon... Balotelli sur le banc, Balotelli enchaîne les buts avec Manchester City... Batolelli s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

C comme Condamnation

Descente aux enfers expresse pour Tony Vairelles. La crinière blonde en berne, l’ancien buteur du RC Lens file en prison sans passer par quelque case que ce soit. Ecroué le 26 octobre avec ses frères, il est suspecté d’avoir blessé avec une arme à feu trois vigiles d’une discothèque près de Nancy. Les quatre frères Vairelles nient, mais passeront le nouvel an en prison.

D comme Djokovic

Joueur de tennis originaire de Serbie qui a la particularité de tout gagner ou presque en 2011. Retenez votre souffle, voici la liste des tournois remportés par «Nole» cette saison : Open d’Australie, Dubai, Indian Wells, Miami, Belgrade, Madrid, Rome, Wimbledon, Montréal et l’US Open. Le nouveau numéro un mondial a juste raté le grand chelem, la faute à un Roger Federer en apesanteur lors d’une demi-finale d’anthologie à Roland-Garros. Novak Djokovic n’a connu que six fois la défaite en 2011: pas de chance il a fallu que l’une d’entre elle soit le match de l’année. 

E comme Experts

Tout bon philosophe du sport accoudé à un bar PMU autour du tryptique blanc-cass, cacahuètes, olives vous le dira: «le plus dur, ce n’est pas d’arriver au sommet, mais d’y rester». Et c’est cela qui donne tant de crédit aux Experts, et qui fait de l’équipe de France la plus grande équipe de sport collectif de l’histoire du pays. Champions olympiques en 2008, du monde en 2009, d’Europe en 2010, les hommes d’Onesta ont conservé leur titre mondial – les premiers à le faire depuis la Roumanie de 1974 – en battant le Danemark après prolongations à Malmö, en Suède.Prochain étape, le championnat d'Europe 2012, avant de défendre le titre olympique à Londres l'été prochain.

F comme Facem

L’histoire était trop belle et trop voyante aussi. En mai dernier, le Stade Français est sauvé par un mystérieux investisseur québécois, la Facem, dégoté à la dernière minute par un ami de Bernard Laporte. Une fondation venant en aide aux enfants dans le monde souhaite investir 15 millions d’euros dans un club de rugby au bord de la faillite: louche vous avez dit? Très vite, on découvrira (notamment grâce à 20 Minutes) que tout cela n’est qu’une vaste cabale canadienne menée par un dénommé Job Aristé, un réfugié haïtien qui prétend avoir fait fortune dans la téléphonie mobile. Quand il se rend compte de l’imposture, il est déjà trop tard pour Max Guazzini. Le flamboyant président du Stade Français doit vendre son club en urgence à la famille Savare. Depuis, on est sans nouvelle de Job Aristé. Guazzini, lui, produit des albums de chants grégoriens, Bernard Laporte entraîne Toulon et le Stade Français gagne à nouveau des matchs.

G comme «grands blacks costauds»

Avril dernier, le site Mediapart met en ligne une transcription de la désormais fameuse réunion du 8 novembre 2010 dans les bureaux de la fédération française de foot, où des propos discriminatoires auraient été tenus. Avant que le DTN François Blaquart propose son idée de quotas de binationaux dans les équipes de France de jeunes, Laurent Blanc mord sur la ligne jaune.

«En France, on a l’impression qu’on forme le même prototype de joueurs: grands, costauds, puissants. Grands, costauds, puissants. Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants? Les Blacks. C’est comme ça.» Critiqué par Lilian Thuram, le sélectionneur sera même au bord de la démission après sa sortie sur les «grands blacks costauds». Depuis, l’affaire paraît presque oubliée et Blanc est surtout critiqué pour l’absence de fond de jeu de ses Bleus.

H comme Hoogerland

C’est l’image du Tour de France 2011. Echappé avec Thomas Voeckler et trois autres coureurs, le grimpeur hollandais de Vacansoleil Jonny Hoogerland est victime d’un fauchage «à la De Jong» de la part d’une voiture siglée France-Télévisions, après une manœuvre plus qu’hasardeuse sur le bas-côté de la route. Juan-Antonio Flecha, lui aussi, s’envole comme dans un jeu de quilles. Mais c’est bien Hoogerland qui trinque le plus: après son soleil, il s’empale de plein fouet sur des fils barbelés. Héroïque, il repartira et portera pendant trois jours le maillot à pois du meilleur grimpeur, malgré 33 points de suture.

Tour de France 2011&lien=http://www.divertissonsnous.com/2011/07/10/voiture-fait-chuter-flecha-et-hoogerland-au-tour-de-france-2011/">

I comme Inarrêtable

Ca devient presque une habitude. En 2011, le FC Barcelone a tout gagné, ou presque. Championnat d’Espagne, Ligue des champions et championnat du monde des clubs. Le pire, c’est qu’à chaque fois, c’est presque en déroulant que les hommes de Guardiola ont fait le boulot. En témoigne cette dernière victoire face à Santos, en finale de l’ancienne Coupe Intercontinentale (4-0). Le Barça est sur une autre planète et est actuellement intouchable. Tout comme son meneur de jeu, Léo Messi, qui va recevoir en janvier son troisième Ballon d’Or consécutif. Il ne peut en être autrement.

J comme Joubert

En France, on le considère comme l’Arsène Lupin de l’ovalie. C’est en effet lui, qui, dans l’imaginaire collectif français, a volé la finale de la Coupe du monde au XV de France en laissant les All-Blacks faire à peu près tout  ce qu’ils voulaient dans les zones de rucks. Pas que dans l’imaginaire, d’ailleurs. Dimitri Szarzewski, talonneur des Bleus, à chaud: «Kaino a fait un tas de fautes, McCaw faisait ce qu'il voulait et ils n'ont pas été pénalisés. A moins que la faute soit vraiment grossière, ils n'ont pas été sanctionnés. M. Joubert n'a pas été courageux. Il s'agissait d'une finale de Coupe du monde. J'aurais voulu que les choses soient équitables. Et ça n'a pas été le cas.»

K comme Kombouaré

Antoine Kombouaré est un paradoxe à lui tout seul. Malgré son bilan tout juste passable (une coupe de France en deux ans et demi) à la tête du PSG, «AK» est tombé en martyr, victime de la tornade qatario-leonardienne. Au moment où, pourtant, il était leader de la Ligue 1. De quoi faire enrager les supporters historiques du PSG, qui oublient un peu, au passage, que leur club vient juste d’être éliminé de la Ligue Europa par l’Athletic Bilbao et le Red Bull Salzbourg.

L comme Lock-out

Une grève chez les sportifs, c’est assez rare pour être souligné. Surtout quand elle oblige la NBA à annuler près d’un quart de sa saison. Pour une histoire de répartition des gains entre joueurs et franchises, le ligue nord-américaine de basket a même failli voir sa saison entière être supprimée. Mais finalement, les matchs ont repris le 25 décembre dernier, jour de Noël. Dommage, car pendant ce temps, les stars NBA françaises étaient revenues tâter du ballon orange dans notre bonne vieille Pro A. Et ça se voyait.

M comme moustache

On la croyait tombée en désuétude sur les terrains de sport depuis la retraite de Fernando Chalana, la moustache a effectué son retour en force en 2011 avec quatre ans de retard sur les hipsters des bars du Canal Saint-Martin. Le sulfureux Joey Barton a montré la voie en Angleterre. En France, Marc Lièvremont a bien failli soulever la Coupe du monde de rugby avec la moustache de Freddie Mercury. En hommage au sélectionneur, certains clubs de Top 14 ont même accordé des tarifs privilégiés à leurs supporters moustachus. Lièvremont a lui fini par se raser sous la pression de sa femme.

N comme No-Show

C’est la raison pour laquelle il a raté une Coupe du monde et elle a failli mettre fin à sa carrière. Yoann Huget, l’ailier du XV de France, et Jeannie Longo, légende du cyclisme féminin, ont tous deux été suspendus par l’AFLD (l’Agence Française de Lutte contre le Dopage) pour avoir manqué aux règles – très strictes - de localisation. Trois fois, l’AFLD s’est déplacée, et trois fois, les deux sportifs n’ont pu être contrôlés. Et si le rugbyman a finalement été suspendu, Longo, elle, a été relaxée de toute poursuite disciplinaire.

O comme Ogier

La Formule 1 s’est régalée de la rivalité Prost-Senna, le rallye a lui sa guerre des «Sébastien». Entre Loeb et Ogier, on a la même voiture (une Citroën), le même prénom (Seb' pour les intimes) et les mêmes objectifs. Et c’est bien là le hic. Ogier va vite et veut devenir calife à la place du calife. Le conflit larvé va finir par un divorce. Loeb décroche son huitième titre de champion du monde et obtient le départ d’Ogier. Ce dernier devrait revenir en 2013 pour l’explication finale au volant d’une Volkswagen. On en salive déjà.

P comme Première médaille(s) d’or

Coup double. Pour la première médaille d’or de l’histoire de la natation française (masculine) aux championnats du monde, Jérémy Stravius et Camille Lacourt ont fait fort. Une égalité parfaite en 52’76 sur 100 mètres dos pour une double médaille d’or aussi attendue qu’hallucinante.


Q comme Qatar

En 2011, le Qatar a acheté le PSG, acheté Malaga, club de seconde zone espagnol, acheté  obtenu les championnats du Monde de handball en 2015 et commencé à plancher sur ses stades avec air conditionné pour la Coupe du monde de football 2022. Que nous réserve l’Emirat pour 2012? Obtenir la délocalisation de la descente de Kitzbühel, organiser Roland-Garros à Doha ou acheter Cristiano Ronaldo au PSG pour compenser le départ de Jérémy Ménez à Chelsea?

R comme Rest In Peace (Socrates et Gary Speed)

En moins de huit jours, entre le 27 novembre et le 4 décembre, le football a perdu deux de ses ambassadeurs. Le premier à partir, Gary Speed, était l’entraîneur du Pays de Galles et une légende d’engagement physique «à l’anglaise» avant de se donner la mort, à 42 ans. Le second, Socrates, reste pour beaucoup comme le premier footballeur-politicien, celui qui a inventé la démocratie corinthienne, ce régime dans lequel toutes les décisions prises au sein du club étaient soumises au vote des joueurs, par antagonisme avec la dictature militaire qui régentait le pays. Le frère de Rai était aussi un milieu de terrain de génie, incroyable passeur et remarquable buteur. L’un des meilleurs joueurs des années 70/80.

S comme Surprenantes

Elles nous ont enchantés tout l’été. Les Bleues du foot, menées par leur truculent entraîneur Bruno Bini, ont réalisé en Allemagne une Coupe du monde remarquable, ne s’inclinant qu’en demi-finale face aux Etats-Unis, après avoir battu l’Angleterre dans un match épique. Fraîches, joviales et douées, elles ont réconcilié le public français avec le football.

T comme Tonga

Probablement la défaite la plus humiliante de l’histoire du XV de France. Face aux modestes Iles Tonga, plus faible équipe du pacifique derrière les Fidji et les Samoa, les Bleus déjouent et semblent abandonner leur sélectionneur, Marc Lièvremont (19-14). Moins d’un mois plus tard, la même équipe sera héroïque, en finale face à la Nouvelle-Zélande, en montrant un tout autre état d’esprit et une vraie discipline collective. De quoi penser que cette défaite, aussi humiliante fut-elle, a sans doute eu quelque chose de fédérateur…

U comme UEFA et son indice

Plus ça va, moins ça va. A force de saccager la Ligue Europa et de ne pas briller en Ligue des champions, les clubs français risquent de bientôt perdre une, voire deux places à l’indice UEFA. Conséquence directe: si les résultats sont mauvais en 2012, les clubs français pourraient être dépassés par la Russie ou le Portugal et perdre une place en Ligue des champions.

V comme Voeckler

L’espace de deux semaines, Thomas Voeckler a permis aux Français d’espérer. De croire en l’illusion que oui, un jour prochain, un Français pourrait de nouveau gagner le Tour de France. Malheureusement, à trop vouloir jouer le panache, le coureur d’Europcar, porteur du maillot jaune pendant dix étapes, s’est cramé en chasse-patate dans la dernière et terrible étape de montagne, perdant toute chance de podium. Il termine quatrième de la Grande Boucle, derrière Cadel Evans et les frères Schleck. Heureusement, Pierre Rolland, meilleur jeune de l’épreuve et vainqueur de l'étape reine au sommet de l'Alpe d'Huez, prouve que la relève est assurée.

W comme Worley

La «puce du Grand-Bornand» a réalisé un bond de géant en 2011. Victorieuse des trois slaloms géants d’Aspen, Saint-Moritz et Semmering, Worley, franco-australienne de 22 ans, a failli remporter le globe de cristal de la spécialité. Finalement battue par l’Allemande Rebensburg, celle qui a passé son enfance en Nouvelle-Zélande espère l’emporter en 2012, où elle compte pour l’instant un podium, une troisième place à Lienz.

X comme films X

Il s’appelle Jonathan de Falco, jouait au football en 3e division belge au Racing Mechelen avant de devoir arrêter sa carrière sur blessure. Depuis, il est devenu une star du porno gay. «J'ai eu un petit copain pendant quelques mois, explique-t-il à So Foot. Avant, j'ai eu une petite copine mais je me suis toujours senti attiré par les hommes. Je ne l'ai jamais caché. Depuis que j'ai 20 ans, j'ai fréquenté des cercles gay, mais quand je jouais au football, personne n'a rien noté. Si mon orientation sexuelle avait été connue, j'aurais sans doute eu des problèmes.»

Y comme Yannick Noah

Yannick Noah a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Enfin c’est ce qu’il croyait. En affirmant que les sportifs espagnols avaient une sorte de «potion magique» et que la solution pour équilibrer les choses serait de légaliser le dopage (une réflexion qui était à prendre au second degré), l’ancien tennisman a créé une polémique qui lui a valu de recevoir une volée de bois vert dans le monde du sport et de la politique. Avant de revenir timidement sur ses propos.

Z comme «Zéro Bleu, Zéro coma»

«Hier j’étais le rêve bleu, aujourd’hui un cogneur de filles. Zéro bleu, zéro coma, alors arrêtez de faire des films. Ca fini sous une guillotine mais y a pas de mort d’homme.» C’est sous la forme d’un rap que Teddy Tamgho a répondu aux journalistes après avoir été suspendu six mois par la Fédération Française d’Athlétisme pour avoir frappé, pour la seconde fois, une athlète. Le triple sauteur français pourra malgré tout participer aux Jeux Olympiques de Londres, où il a une bonne chance de médaille. Pour l’Eurovision, en revanche…