Football (Ligue 1) : un épilogue morose sur toute la ligne

©2006 20 minutes

— 

Bonjour tristesse ! Samedi soir, les Bordelais (2es), en s'imposant 1-0 face aux Canaris, sont venus gâcher les adieux de Mickaël Landreau, Olivier Quint et sans doute Jérémy Toulalan au public de la Beaujoire. « Avec une victoire, en plus contre Bordeaux, l'éternel rival, ça aurait été mieux, reconnaissait le capitaine Landreau, qui n'a toujours pas officialisé son départ au PSG la saison prochaine. Ce n'est pas le plus joyeux des tours d'honneur mais certainement le plus émouvant. »

Il a arraché également des larmes au milieu de terrain Olivier Quint, futur retraité à 34 ans. « Je ne pensais pas que ça allait être si dur, confessait sans pudeur Quint, les yeux rougis par la peine. Emotionnellement, c'est dur de voir Mickaël Landreau, Frédéric Da Rocha et Jérémy Toulalan craquer. Pendant le tour d'honneur, je me suis dit que je ne refoulerai plus la pelouse de la Beaujoire. »

Cet exode marque « la fin d'un cycle pour le club », dixit plusieurs joueurs. « C'est une page qui se tourne, avouait la gorge nouée Nicolas Savinaud, le meilleur ami de Landreau. On continuera à se voir, bien évidemment, même si on ne joue plus ensemble. Mais tout à l'heure [le soir du match], on s'est dit que c'était la dernière fois qu'on s'asseyait l'un à côté de l'autre dans les vestiaires de la Beaujoire. A l'avenir, on ira s'asseoir sur des bancs publics, comme disait Brassens. On discutera dans vingt ou vingt-cinq ans en se disant “qu'est ce qu'on était bien à la Beaujoire !”» Puis le milieu nantais de conclure avec le sourire : « J'espère au moins que pour Micka ça n'était pas sa dernière défaite à la Beaujoire ! »

David Phelippeau