Rugby : Dubois, bien plus qu'une doublure

©2006 20 minutes

— 

Depuis le début de la saison, Jean-Frédéric – dit « Jeff » – Dubois a disputé toutes les rencontres officielles du Stade Toulousain. Soit 30 matchs, dont 17 titularisations : 23 en Top 14, 7 en Coupe d'Europe. Une assiduité qui aboutit à un paradoxe : l'ouvreur landais, doublure de Frédéric Michalak (22 apparitions), a plus souvent joué que le titulaire. « J'ai la chance de ne pas me blesser, souligne l'ancien Dacquois, Biterrois et Columérin. “Fred” est plus fragile. » Arrivé à Toulouse à l'été 2004, Dubois (33 ans) a imposé son jeu au pied précis et son style sobre et efficace, à l'opposé du flamboyant mais irrégulier Michalak. L'un des rares non-internationaux (avec Finau Maka, Maxime Médard et Grégory Menkarska) de l'effectif s'est parfaitement fondu dans cette constellation de vedettes. Au point de prolonger son contrat d'une saison, jusqu'en 2007.

D'ici là, le papa de Ninon (3 ans) et Raphaël (un mois et demi), champion d'Europe 2005, espère toucher au moins une fois « le bout de bois ». Autrement dit, dans l'argot rugbystique, le Bouclier de Brennus, qui récompense le vainqueur du Championnat de France. « Le Brennus a une saveur particulière, surtout pour un joueur de ma génération, qui a débuté lorsque la Coupe d'Europe [apparue en 1995-1996] n'existait pas », souligne Dubois. Ce rêve pourrait devenir réalité dès cette année : le Stade est déjà quasiment qualifié pour les demi-finales du Top 14 et dispose, pour la première fois depuis 2002, d'un calendrier allégé du fait de son élimination européenne. « Nous étions tristes de perdre en quart contre le Leinster (35-41), note l'ouvreur toulousain. Mais d'un autre côté, nous pouvons ainsi nous concentrer sur un seul objectif : ramener le Bouclier. » Toulouse attend ce 17e titre national depuis 2001.

Nicolas Stival