Lorànt Deutsch : « Si j'avais été pro, j'aurais ressemblé à Monterrubio»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Lorànt Deutsch, 31 ans, comédien.

Vous étiez le narrateur idéal car vous avez échoué aux portes du centre de formation du FC Nantes...

Oui. J'étais en sport-étude à côté d'Ancenis, entre 12 et 15 ans. C'était génial. J'étudiais le matin et je jouais au ballon l'après-midi. J'exerçais ma passion. Mais malheureusement je n'ai pas pu aller plus loin...

Pourquoi ?

Pour des raisons physiques. J'étais un enfant. Je devais mesurer 1,20 m. On m'a dit que je ne pourrais pas soutenir le travail athlétique. La seule solution était de déclencher ma puberté en prenant des hormones de croissance. Mais j'ai refusé !

Votre rêve s'écroulait...

Devenir pro était mon ambition. Je suis devenu comédien. C'est sans doute mieux car il y a plus de filles au théâtre que dans des vestiaires de foot... (il s'esclaffe) Et puis j'ai tourné dans « Trois à zéro », un film qui m'a fait passer pour un mec qui gagne quand même la Ligue des champions !

Que retenez-vous de vos années sport-étude ?

L'enseignement scolaire et sportif nous responsabilise très tôt. A 16 ans, quand j'ai intégré un système scolaire classique, j'étais 1 000 fois plus débrouillard que les autres. Les jeunes qui sortent d'un centre de formation sont mieux armés que des mecs qui sortent du bac...

Si vous étiez devenu pro, à qui auriez-vous ressemblé ?

J'étais ailier gauche. Avec ma petite taille, je faisais très mal aux grands. Alors si j'avais continué et eu du talent, c'est à un joueur comme Monterrubio que j'aurais ressemblé...

Vous qui êtes un supporteur acharné du PSG, que pensez-vous de l'arrivée du gardien nantais Mickaël Landreau ?

S'il vient, c'est pour prendre le capitanat. C'est un meneur. Ce mec est tellement un dinosaure qu'il va prendre les clés du club parisien. C'est un tournant dans l'histoire du PSG !

Recueilli par David Phelippeau

Présent hier à la présentation du feuilleton documentaire d'Arte, le président nantais Rudi Roussillon nous a confié que le dossier du Bastiais Nicolas Penneteau, envisagé pour remplacer Mickaël Landreau, bloquait sur le plan financier. Mêmes difficultés également pour le Camerounais Carlos Kameni. Aussi, les dirigeants du FCNA se renseignent sur des pistes étrangères. « J'apprécie les gardiens hollandais et belges », a indiqué Roussillon, sans préciser de nom.