Ligue des Champions: «Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne»

FOOTBALL Une victoire face à Trabzon et le Losc sera qualifié pour les 8e...

Propos recueillis à Lille par François Launay

— 

Rudi Garcia, l'entraîneur du Losc, à Toulouse, le 8 novembre 2011.
Rudi Garcia, l'entraîneur du Losc, à Toulouse, le 8 novembre 2011. — LANCELOT FREDERIC/SIPA

Lille n'a plus le choix. Pour se qualifier en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le Losc doit s'imposer mercredi à domicile contre les Turcs de Trabzonspor. Un enjeu important qui n'effraie par Rudi Garcia, l'entraîneur nordiste.

Lille a absolument besoin de la victoire. Ca aura de l'influence sur la composition de votre équipe?
L'avantage, c’est qu’on n'a pas de question à se poser. Il faut absolument la victoire. On jouera comme on a l'habitude de faire avec un jeu tourné vers l'attaque

 

Après le doublé de la saison dernière, vous avez la possibilité de marquer l'histoire du Losc en qualifiant le club pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. C’est important pour vous?

Ca peut être un moment important pour le staff comme pour les joueurs. On sait ce qui nous reste à faire. Avant Moscou, il nous restait deux victoires à obtenir pour atteindre cet objectif.  On a remporté cette demi-finale. Ce mercredi, c’est notre finale . Et une finale. Ça ne se joue pas, ça se gagne. On va l’aborder  avec beaucoup de  plaisir. Il y a peu, on était loin d'y penser. La victoire à Moscou nous a donné du bonus. On espère poursuivre.

 

 Le doublé et la finale de Coupe de France remportés la saison dernière vous ont –il donné de l’expérience pour ces matchs couperets ?

Oui, sans contestation. Le groupe est plus expérimenté maintenant. Il a une grande confiance. Il sait qu’il est capable de gagner des matches décisifs à fort enjeu. Il nous faut rien changer et se concentrer sur notre jeu,. C’est le genre de match que tous les joueurs de haut niveau rêveraient de jouer. J’espère qu’on va en profiter.