Les personnalités du foot rendent hommage à Zidane

— 

Raymond Domenech (sélectionneur de l'équipe de France de football):
"Comme tous les amoureux du football, je suis un peu triste à l'idée qu'après la Coupe du Monde 2006 en Allemagne, nous ne reverrons plus Zinédine sur un terrain, au plus haut niveau en tout cas. Par son immense talent et ses multiples exploits, Zizou a marqué pour l'éternité l'histoire du football français et international. Le fait d'annoncer dès maintenant sa retraite va lui permettre de bien préparer le Mondial et de pouvoir jouer l'esprit tranquille. Je sais qu'il a très envie de réussir une grande phase finale en Allemagne et je suis convaincu qu'il lui reste encore la plus belle page de son histoire sportive à écrire: gagner une nouvelle Coupe du Monde avec les Bleus".
Marcelo Lippi (ancien entraîneur de Zinedine Zidane à la Juventus Turin):
"Je pense que c'est le plus gros talent du football de ces 20 dernières années. Il a toujours renoncé à jouer les "prima donna", il a toujours voulu se mettre à la disposition de l'équipe. Je me souviens d'un garçon humble, arrivant à la Juve, portant le grand poids de son illustre prédécesseur, Michel Platini. Il était clair que tous auraient fait la comparaison entre les performances de Platini et celles de Zidane. Je suis honoré d'avoir été l'entraîneur de Zidane. Je suis heureux d'avoir pu quelque peu l'aider à exprimer ses qualités. Je suis convaincu qu'il m'a donné bien plus que ce que j'ai pu lui donner".

Bixente Lizarazu (joueur du Bayern Munich, ancien partenaire de Zidane en équipe de France et à Bordeaux): "Il me donnait des bons ballons au bon moment. J'ai rarement trouvé une complicité aussi forte qu'avec lui sur le terrain. Humainement c'est quelqu'un d'exceptionnel. Tout ça, bien sûr ça va nous manquer mais il aura d'autres façons de l'exprimer dans le futur".

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal): "Moi, je l'ai vu débuter avec l'AS Cannes. C'est la fin d'une belle époque. C'est toujours triste quand un joueur qui vous a régalé pendant des années, arrête, surtout avec tout ce qu'il a apporté au football. J'aurais choisi un timing un peu différent. Je pense qu'après la Coupe du monde cela aurait été peut-être mieux".

Thierry Henry (joueur de l'équipe de France et capitaine d'Arsenal): "Zidane, c'est un joueur d'exception. Il va manquer à tout le monde. On va tout faire pour qu'il parte sur une bonne note (à la Coupe du monde). Cela fait bizarre d'en parler, parce que je sais qu'on va faire un dernier tournoi ensemble."

Fabien Barthez (gardien de l'équipe de France et capitaine de l'Olympique de Marseille): "C'est sûr que c'est un monument. Avant d'être un ami, pour moi c'est le joueur du siècle, avec tout ce qu'il a pu faire durant toute sa carrière. Après, la décision lui appartient. Mais c'est vrai que joueur au niveau où il a évolué entre la Juventus Turin ou le Real, et avec l'équipe nationale, c'est des matches de haut niveau tous les trois jours, c'est vrai qu'au bout d'un moment, on ne peut plus."

Michel Platini (ex-capitaine de l'équipe de France, membre du Comité exécutif de l'UEFA et de la Fifa, vice-président de la FFF): "Je crois qu'il a marqué deux buts et tout une génération. Il a marqué les deux buts de la finale 1998, il a marqué la génération Zidane des années 1998, 2000, 2006... Techniquement, je crois qu'il était le roi des fondamentaux: le roi du contrôle, le roi de la passe, parce qu'il n'y avait personne d'autre qui pouvait contrôler, amortir un ballon aussi bien que lui. Il avait des bases exceptionnelles. Quand on est des retraités, on se permet de tout dire de ceux qui sont en place. Dans 15 ans, il (Zidane) dira: +A mon époque, c'était nettement mieux, le football+."

Marcel Desailly (champion du monde 1998 avec Zidane) : "Zidane nous a fait rêver. Il va forcément nous manquer, il a marqué l'histoire du football, il a permis à l'équipe de France (...) de gagner cette Coupe du monde. Il a fait tellement de choses, il a une telle qualité technique. Il a éclairé le football. (Sa décision) a été mûrement réfléchie, il en parlait déjà durant l'Euro 2004. Il y a certainement eu depuis quelques petites blessures et puis quelque part une lassitude. Parce qu'au niveau où il est, c'est prenant, c'est un métier à part entière le football. Peut-être qu'il a envie de respirer, que le côté professionnel est trop fort maintenant, qu'il veut prendre un peu de recul sur le football et surtout aborder la Coupe du monde dans un esprit complètement libéré. (...) Il n'y a qu'un seul Zidane, il n'y a qu'un joueur qui a la capacité d'avoir ce toucher de balle, cette capacité à changer de direction, à accélérer, à avoir du jeu long, à avoir un jeu de tête, à avoir pied droit-pied gauche, le contrôle. Ca va être difficile d'en trouver un comme ça. Aujourd'hui j'en vois aucun qui peut être au niveau de Zidane. Zidane, c'est Zidane. Il est tout là haut pour moi".

Benito Floro, le directeur du football du Real Madrid, a déclaré sur Canal Plus Espagne qu'"on s'en doutait un peu", en réaction à l'annonce mardi par le milieu de terrain français Zinédine Zidane de prendre sa retraite après le Mondial-2006 (9 juin-9 juillet) en Allemagne.
Pour "un footballeur de ce niveau (...), ce qu'il faut c'est entrer dans l'histoire dans un bon moment", a déclaré Benito Floro sur la chaîne de télévision.

Jean-Pierre Escalettes (président de la Fédération française de football): "Je ressens beaucoup d'émotion. Je suis un peu triste aussi. Ce n'est pas un scoop. On était un peu préparés. On savait qu'il allait partir après le Mondial en Allemagne. J''espère que cela sera après un Mondial réussi. A 34 ans, avec ses quatre fils et son épouse, il va vivre sa vie d'homme. Je n'ai aucun doute qu'il réussira son après-carrière. Que cela se termine maintenant bien pour lui et pour l'équipe de France à la Coupe du monde, ce serait l'apothéose."

Aimé Jacquet (sélectionneur de l'équipe de France championne du monde en 1998): "Il y a toujours un petit peu de tristesse quand un grand champion se retire. Il y a beaucoup de lucidité et d'honnêteté de la part de Zizou compte tenu de ce qu'il a vécu depuis deux ans. Comme il est sur le terrain, il est dans la vie, honnête et lucide. Cette décision, même s'il a dû la mûrir maintes et maintes fois, et qu'elle est difficile à prendre, il a peut-être raison de se retirer au bon moment. Des joueurs de ce niveau-là, de ce statut-là, on ne leur pardonne jamais rien. Donc il vaut mieux se quitter en faisant une dernière coupe du monde avec l'équipe de France. Vous pensez quel challenge et quel objectif pour lui!".

Didier Deschamps (capitaine de l'équipe de France championne du monde 1998): "Il arrive à un âge où il a enchaîné les saisons. Il a commencé très tôt. Il a dû débuter en professionnel à l'âge de 17 ans. Il a eu une saison difficile avec pas mal de blessures et son club a aussi eu une saison compliquée. Peut-être que ça a influencé sa décision. Il n'y a que lui qui est apte à dire si c'est le bon moment ou pas. De toutes façons, il ne pourra pas revenir dessus je pense. Il faut respecter son choix."