Football : Paris et la Coupe, une grande histoire d'amour

©2006 20 minutes

— 

Depuis1982, les Parisiens ont remporté pas moins de six finales sur huit disputées. Retour sur la belle histoire d'amour entre le PSG et la Coupe de France.

1982 : PSG-Saint-Etienne (2-2, 6 t.a.b. à 5) Douze ans après sa fondation, le Paris-SG remporte son premier grand titre face à l'équipe phare du football français : l'AS Saint-Etienne. Auteur d'un doublé, Platini, qui vient de signer à la Juventus Turin, croit quitter les siens sur une victoire. Mais « l'ange vert » Rocheteau, qui évolue désormais à Paris, égalise dans les arrêts de jeu de la prolongation. Le tir au but victorieux de Pilorget permet au président Borelli d'embrasser la pelouse du Parc des Princes.

1983 : PSG-Nantes (3-2) Paris sort vainqueur pour la deuxième année consécutive de l'une des plus belles finales de l'histoire. Touré marque un but « brésilien », mais le magicien Susic lui répond d'une superbe frappe de 25 m et Toko inscrit le but décisif à huit minutes du coup de sifflet final.

1993 : PSG-Nantes (3-0) Dix ans après, Paris mate à nouveau les Canaris, mais dans une ambiance beaucoup moins chaleureuse. Les Nantais Karembeu, Vulic et Lima sont exclus, permettant au PSG de Canal+ de décrocher son premier grand titre.

1995 : PSG-Strasbourg (1-0) Distancé en Championnat et éliminé en Ligue des champions, le PSG de Luis Fernandez est sous pression. D'une frappe puissante après la pause, Le Guen met fin au suspense dans ce match ennuyeux.

1998 : PSG-Lens 2-1 Quelques semaines plus tôt, Paris a remporté contre Bordeaux la première finale disputée au Stade de France, celle de la Coupe de la Ligue. Comme face aux Girondins, Marco Simone et Rai font oublier les déboires en Championnat et terrassent Lens.

2004 : PSG-Châteauroux 1-0 D'un but de renard, Pedro Pauleta offre une victoire étriquée aux hommes de Vahid Halilhodzic, qui brandit la Coupe devant ses supporteurs. Ces derniers auront sifflé pendant toute la partie, y compris lors de la remise du trophée, leur capitaine Frédéric Déhu, coupable d'avoir négocié son transfert à l'Olympique de Marseille.

Sébastien Bordas

En 1985, Paris échoue devant Monaco (1-0). En 2003, c'est Auxerre qui s'impose à la dernière minute face aux hommes de Luis Fernandez (2-1).