Coupe de France : la chasse au billet, mission impossible

©2006 20 minutes

— 

Obtenir une place pour la finale de la Coupe de France entre l'OM et le PSG – qui aura lieu samedi, au Stade de France –, cela relève du parcours du combattant. Hier matin, 2 000 places étaient mises en vente pour les abonnés Jean-Bouin et Ganay à la billetterie centrale du Stade-Vélodrome. Les plus courageux ont dormi devant les guichets, d'autres sont arrivés à l'aube. Les premiers sésames ont été délivrés à 8 h 15. A 9 h 30, toutes les places étaient vendues.

Le ton est alors monté d'un cran entre supporteurs déçus et membres de la sécurité : « C'est un scandale, s'exclame une supportrice. Les mêmes jeunes sont passés quatre à cinq fois en faisant tourner leurs cartes d'abonnés et maintenant, ils revendent leurs tickets ! » « C'est une honte, s'insurge un autre. Le service de sécurité n'a pas fait son travail. » Leur colère contraste avec la joie des plus chanceux. « On ne vendrait nos places pour rien au monde », avouent un père et son fils présents depuis 3 h du matin. Pour les fans marseillais insatisfaits, restent donc le marché noir et les enchères. Encore faut-il avoir un portefeuille bien garni : des billets vendus 25 E au guichet sont parties à près de 150 E devant le stade et jusqu'à 200 E sur Internet pour un placement en tribunes excentrées... Les réseaux de billetterie en rupture de stock, le dernier espoir réside dans le désistement de supporteurs de Rennes ou de Nantes (les demi-finalistes) ayant réservé leur place à l'avance. A trois jours du coup d'envoi, la mission semble impossible. A défaut de goûter à l'ambiance du Stade de France, les supporteurs pourront vibrer au Vélodrome par écran géant interposé.

J. Giovanella

Une guichetière de l'OM s'est fait braquer hier matin (rue Paradis, 6e) au volant de sa voiture, par un délinquant armé. Il l'aurait suivie depuis la billetterie Ganay pour lui dérober de l'argent ou des places. Le club a porté plainte.