Football : Accor voit son avenir avec l'OL en grand

©2006 20 minutes

— 

A moins de trois semaines de la célébration officielle de son 5e titre de champion de France, l'OL se projette déjà vers l'avenir. Dans le cadre de son développement, le club rhodanien a annoncé hier la signature d'un contrat de 45 millions d'euros sur cinq ans avec le groupe Accor, dont les filiales Novotel et Ticket Restaurant deviennent sponsor maillot à la place de Renault Trucks et LG. La chaîne hôtelière injectera 6 millions d'euros par an pour figurer sur les maillots des matchs à domicile de L1 et des rencontres européennes alors que Ticket Restaurant versera 3 millions d'euros par an pour s'afficher sur les maillots des matchs de Championnat à l'extérieur.

«Quoi de mieux pour internationaliser la marque OL que de signer un partenariat longue durée avec un sponsor de dimension internationale, avance Jean-Michel Aulas. D'autres partenaires vont permettre de valoriser la tenue des joueurs à 15 millions d'euros contre 11 millions pour cette saison. Avec ces chiffres, nous nous rapprochons des très grands clubs européens. »

L'arrivée du groupe Accor s'inscrit également dans la perspective du projet de grand stade qui prévoit l'implantation d'une zone hôtelière autour de l'infrastructure sportive. A ce propos, le président de l'OL a indiqué qu'une décision sur le choix du site appelé à accueillir cette enceinte de 55 000 à 65 000 places devrait être prise avant le 1er juin. Ce sera Vénissieux ou Pusignan. Gérard Collomb, le président du Grand Lyon, est favorable à la première option. Mais la seconde qui dispose de terrains plus vastes semblerait tenir la corde et recueillerait les faveurs de nombreux salariés de l'OL. « Mon objectif n'est pas de choisir le lieu en fonction des caractéristiques de l'endroit mais de pouvoir être à la base et à l'origine du projet, c'est-à-dire avoir la maîtrise sur les évènements, précise Jean-Michel Aulas. L'enjeu se situe plus au niveau de notre participation active dans la construction et le financement du stade plutôt qu'au niveau du lieu. »

Stéphane Marteau