Ligue 1: Suivez la 14e journée de Ligue 1 en live comme-à-la-maison

B.V.

— 

Le Niçois Fabrice Abriel, le 6 novembre dernier face à Marseille
Le Niçois Fabrice Abriel, le 6 novembre dernier face à Marseille — K.VILLALONGA/SIPA

Le programme:

Vendredi 20h 

Olympique Lyonnais – Stade Rennais
Toulouse – Lille

Samedi 19 heures
Ajaccio – Caen
Dijon – Bordeaux
Evian – Lorient
Nice – Saint-Etienne
21h: Montpellier – Marseille

Dimanche
17h: Brest – Sochaux
Valenciennes – Auxerre
21h: PSG – Nancy

Le classement de la Ligue 1 est par là

Paris, 2000e?

Dimanche soir, le PSG peut inscrire face à Nancy son 2000e but en Ligue 1. Après avoir inscrit le premier face à Nancy, en 1971, le 1000e face à Nancy aussi, les joueurs de Kombouaré peuvent atteindre ce nouveau seuil en en inscrivant deux face à… Nancy, dimanche. Pour cela, Blaise Matuidi fera son retour au milieu de terrain. «Je sais qu’il va me falloir un peu de temps car lorsque l’on coupe comme ça, on doit reprendre le rythme petit à petit, explique-t-il. J’espère ensuite être aussi bien que je l’étais avant cette blessure. En tout cas on travaille pour.» C’est ce qu’il faudra pour que le PSG retrouve son niveau de début octobre. 

Marseille dans le rythme?

Ca faisait bien longtemps qu’on n’avait pas vu l’OM dans la première moitié de tableau. En fait, ça n’était pas encore arrivé cette saison. Alors forcément, ce déplacement à Montpellier, meilleure attaque de Ligue 1, fait partie d’un des matchs tournants dans une saison. Soit l’OM, 8e, continue sa remontée, soit… Surtout avec l’Olympiakos qui se profile ensuite en Ligue des champions avant le PSG, dimanche prochain au Vélodrome pour le Clasico. L’OM devrait donc y voir beaucoup plus clair dans dix jours.

Marsiglia, première

Sur le banc de Nice depuis moins d’une semaine, René Marsiglia va connaitre son premier match samedi soir face à Saint-Etienne en tant qu’entraîneur «en chef» de Nice. S'il répète vouloir s'inscrire «dans la continuité » du travail accompli par Eric Roy, le technicien veut «un jeu qui aille plus vers l'avant». C’est sans doute le minimum syndical que l’on peut demander à la troisième plus mauvaise attaque de Ligue 1. C’est en tout cas par là que passera son salut, alors qu’elle frôle actuellement avec la zone de relégation.