Citroën se sépare de Sébastien Ogier, parce que Loeb ne voulait plus «vivre dans un climat de tensions»

RALLYE C'est le Finlandais Mikko Hirvonen, dauphin de l'Alsacien au dernier championnat du monde, qui le secondera...

Julie Lévy-Marchal

— 

Sébastien Loeb et le Finlandais Mikko Hirvonen, ici au Portugal en mai 2010, sont coéquipiers dans l'écurie Citroën Rallye en 2012.
Sébastien Loeb et le Finlandais Mikko Hirvonen, ici au Portugal en mai 2010, sont coéquipiers dans l'écurie Citroën Rallye en 2012. — Francisco Seco/AP/SIPA

Olivier Quesnel, directeur de Citroën Racing l’annonce en termes très neutres dès ses premiers mots, juste après avoir présenté Sebastien Loeb et Daniel Elena assis dans la salle. «Citroën a rendu sa liberté à Sébastien Ogier. L’écurie accueille Mikko Hirvonen.» La saison 2012 doit donc être celle de la paix des ménages au sein des pilotes pour s’assurer le renouvellement du  double titre de champion du monde de rallye constructeur et pilote obtenu en 2011. Ogier, l’empêcheur de gagner en rond, pressenti chez Ford, est mis à la porte (alors qu’il était engagé jusqu’en 2013), et Mikko Hirvonen, le Finlandais qui colle aux pneus de Sébastien Loeb sur les derniers rallyes et au classement général (8points), vice-champion en 2008, 2009 et 2011, rejoint la meilleure écurie du monde. «C’est bien que Mikko arrive, parce qu’il vient avec une expérience sur une autre voiture, la plus grosse rivale et il va pouvoir dès le premier essai nous donner des moyens de progresser.»

 «Je pense que ça va bien se passer avec Mikko Hirvonen»

 Après six saisons passées chez Ford, le Finlandais apporte son expérience certes, mais probablement aussi sa discrétion: «Je pense que ça va bien se passer avec Mikko. Je le connais pour l’avoir croisé sur les rallyes, pas plus. Mais ça va être la bagarre parce que c’est un gros client et c’est un des prétendants. Ca va avancer dans l’équipe», assure Sébastien Loeb.

De nouvelles garanties obtenues à la prolongation de son contrat

La bagarre sur route, peut-être, beaucoup moins  au sein de Citroën d’après les nouvelles clauses négociées par Sébastien Loeb avant d’avoir resigné avec l’écurie aux chevrons pour deux ans: «J’ai obtenu certaines garanties, entre autres celle de ne pas se tirer dans les pattes au sein de l’écurie l’année d’après, et essayer de tout remettre dans le bon sens», admet l’octuple champion du monde. «Ca n’a pas marché avec Ogier, alors on en essaye un autre, sourit Loeb. Plus sérieusement, la situation était particulière avec lui. C’était un équipier très fort, je l’ai souvent dominé au début et ça a créé des tensions immédiates. Des mots forts ont été dits, en particulier après le rallye d’Allemagne, en août. Je ne peux pas vivre dans un climat de tensions et j’ai besoin de savoir que j’ai toute mon équipe avec moi pour me transcender. Oui, j’ai donné mon avis sur le départ d’Ogier», annonce franchement Sebastien Loeb. Le privilège de la star du rallye en France, sans doute.