Ligue 1: A Nice, les joueurs «surpris» par l'éviction d'Eric Roy

FOOTBALL Il reste au club mais c'est René Marsiglia, son adjoint, qui prend la tête de l'équipe...

A Nice, Jean-Philippe Magnenet

— 

Eric Roy, désormais ex-entraîneur de Nice, le 30 octobre 2011, au stade du Ray.
Eric Roy, désormais ex-entraîneur de Nice, le 30 octobre 2011, au stade du Ray. — VALERY HACHE / AFP

Presque rien n’avait changé, mardi matin, à l’entraînement des Aiglons. Si ce n’est qu’Eric Roy n’était pas sur la pelouse du stade Charles Ehrmann. Lundi, décision a en effet été prise de lui confier le rôle de manager sportif de l’OGC Nice. Et c’est René Marsiglia, son adjoint jusqu’alors, qui lui succède pour coacher les footballeurs niçois.

«Une vraie surprise»

Un peu plus tôt, Jean-Pierre Rivère, le président du club avait annoncé la nouvelle à ses joueurs. Le dirigeant était toujours là durant l’entraînement pour prendre le pouls des supporters présents autour du terrain. «Nous avions besoin d’un manager sportif, Eric a accepté de se consacrer à cette tâche», expliquait en fin de matinée l’actionnaire majoritaire du Gym. Selon lui, le choix de René Marsiglia pour prendre le poste s’est fait naturellement. «J’ai tout fait dans ce club: joueur, cellule de recrutement directeur technique...», rappelle de son côté le nouvel entraîneur du Gym. En tant qu’adjoint d’Eric Roy, c’est en effet lui qui animait déjà les séances d’entraînement des Aiglons. Frédéric Giorgia,  n°3 du trio d’entraîneur, devient adjoint du nouveau coach. Ce jeu de chaises musicales, «est une vraie surprise pour les joueurs», livre le capitaine du groupe, Didier Digard, mais «rien ne va fondamentalement bouger», complète le milieu de terrain Julien Sablé.

«Eric nous étions d’accords sur 95% des choses»

«Il y aura un changement de vocabulaire, mais avec Eric nous étions d’accords sur 95% des choses», souligne René Marsiglia. «Ce sera dorénavant à moi de trancher», précise-t-il. Il faudra sans doute regarder du côté tactique pour voir des évolutions dans la gestion des  Rouge et Noir. Ce choix était «inéluctable, en réflexion depuis longtemps, les résultats de l’équipe n’ont qu’accéléré les choses», justifie de son côté Eric Roy. En tant que manager sportif, ce dernier touchera à tout: projet de grand stade, recrutement, centre d’entraînement, équipe pro... et aura «plus de temps pour passer son diplôme d’entraîneur». Si un autre club le sollicite pour prendre le banc? «On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait», sourit le Niçois.