Volvo Ocean Race: démâtage d'Abu Dhabi, l'équipage sain et sauf

© 2011 AFP

— 

Le voilier émirati Abu Dhabi, engagé dans la Volvo Ocean Race, a démâté samedi soir à une trentaine de milles (55 km) au sud de Carthagène (Espagne) mais l'équipage est sain et sauf, a annoncé le navigateur Jules Salter dans une liaison avec la direction de la course.
Le voilier émirati Abu Dhabi, engagé dans la Volvo Ocean Race, a démâté samedi soir à une trentaine de milles (55 km) au sud de Carthagène (Espagne) mais l'équipage est sain et sauf, a annoncé le navigateur Jules Salter dans une liaison avec la direction de la course. — Pierre-Philippe Marcou afp.com

Le voilier émirati Abu Dhabi, engagé dans la Volvo Ocean Race, a démâté samedi soir à une trentaine de milles (55 km) au sud de Carthagène (Espagne) mais l'équipage est sain et sauf, a annoncé le navigateur Jules Salter dans une liaison avec la direction de la course.

"Il n'y a pas de panique à bord et nous prévoyons de rentrer au moteur pendant la nuit avant d'effectuer des réparations", a déclaré Salter à la direction de cette course autour du monde en équipage avec escales, partie quelques heures plus tôt d'Alicante (Espagne).

Abu Dhabi - skippé par le Britannique Ian Walker - va retourner au moteur à Alicante, où se trouve encore toute son équipe technique.

Le démâtage s'est produit dans la soirée alors que le vent soufflait à 30 noeuds et que les vagues atteignaient une hauteur de 3,5 mètres.

Les services de sauvetage en mer de Carthagène ont été mis en état d'alerte dans l'hypothèse où l'équipage du voilier émirati - l'un des favoris de cette course - aurait besoin d'aide, a précisé la direction de course.

"Nous nous sommes débarrassés du gréement. Tout le monde va bien à bord, a ajouté par mail Nick Dana, +media man+ (cameraman) du bateau. La grand voile et le J4 (foc, voile d'avant) ont été récupérés avec succès avec d'autres pièces que nous espérons pouvoir réutiliser".

L'un des onze hommes d'équipage, Wade Morgan, s'est mis à l'eau pour couper des câbles en tête de mât, a-t-il poursuivi, mais l'état de la mer - "très violente" - l'a contraint à remonter à bord.