Sport

Thierry Vincent : « J'espère que Jean-Dauguet va vibrer »

Interview de l'entraîneur du Mérignac Handball (D1F)

Interview de Thierry Vincent, entraîneur du Mérignac handball (D1F).

Comment qualifiez-vous la performance de vos joueuses après votre succès à Brasov (25-27) en demi-finale aller de Challenge Cup ?

C'est un exploit. Mais pour aller en finale il faudra en réaliser un autre ce dimanche à Jean-Dauguet [17 h]. Les Roumaines n'étaient pas à prendre à la légère. En quart, contre Dijon, elles avaient été impressionnantes chez elles [32-19]. Nous avons réalisé une grosse performance qui demande confirmation. Les filles en ont conscience.

Cette saison, Mérignac a fait preuve de sautes de concentration. Comment allez-vous y remédier ?

A mon avis, on n'a pas besoin de les motiver même si mon groupe est atypique. En Coupe d'Europe, on est toujours plus forts à l'extérieur car on a peur de l'inconnu. Le groupe est plus soudé. Depuis notre victoire, on a reçu beaucoup de messages d'encouragement. On va jouer dans une salle pleine. J'espère que Jean-Dauguet va vibrer comme jamais.

Etes-vous surpris de voir votre équipe évoluer à un tel niveau ?

Oui, surtout contre les grosses écuries. A Brasov, personne ne nous donnait vainqueur. Pas même moi, d'ailleurs. Cette victoire nous fait progresser de deux ans. Je suis étonné par leur concentration et par leur faculté à progresser toutes ensemble. Il ne faut pas oublier que le groupe est jeune, la plupart des joueuses ont 19-20 ans.

Quel a été le mot d'ordre cette semaine ?

La récupération. Hier, nous avons fait une heure de VTT. On reprend le handball aujourd'hui. Il n'y a que des détails à régler. L'énergie et l'envie feront le reste.

Recueilli par Stéphane Deschamps