Les joueurs Lyonnais montent dans le quart

Stéphane Marteau

— 

Jimmy Briand (à g.) est félicité par son capitaine Cris après son but à la 40e.
Jimmy Briand (à g.) est félicité par son capitaine Cris après son but à la 40e. — P. FAYOLLE / SIPA

Un derby et ça repart. En perte de vitesse depuis le début du mois, l'OL s'est bien relancé hier à Saint-Etienne (1-2), validant ainsi son billet pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Elle a surtout mis fin à une série de cinq déplacements infructueux dont les quatre derniers synonymes de défaites, à Caen (1-0), à Paris (2-1), à Madrid (4-0) et à Lille (3-1). Pour les Verts, les derbys à Geoffroy Guichard se suivent et se ressemblent. Cela fait maintenant 17 ans qu'ils n'en ont plus remporté. La déception est d'autant plus grande que les hommes de Christophe Galtier avaient fait de cette épreuve un objectif majeur. En dépit des cinq changements effectués par Rémi Garde dans son onze de départ par rapport à celui aligné trois jours auparavant à Lille, l'OL a affiché davantage de détermination et de maîtrise collective que son éternel rival.

Lacazette déterminant
Titularisé pour la première fois de la saison, Ederson a été un bon animateur du jeu lyonnais mais c'est surtout Alexandre Lacazette,préféré au poste d'avant-centre à un Bafétimbi Gomis très sollicité depuis le début de la saison, qui a été le lus déterminant. S'il a parfois manqué de clairvoyance dans le dernier geste, l'attaquant international espoir a provoqué le coup franc qui a entraîné le premier but inscrit par Jimmy Briand (40e). Et il a récidivé en seconde période en obtenant un penalty transformé, non sans mal, par Michel Bastos (67e). Ce penalty a en effet provoqué quelques débordements de la part du kop stéphanois et a contraint l'arbitre à interrompre la rencontre durant cinq minutes. La révolte du peuple vert s'est retranscris sur la pelouse où Aubameyang a réduit le score (82e). Ca promet, samedi, à Gerland, pour le deuxième derby de la semaine. Mais cette fois en championnat.