Marseille peaufine ses automatismes

ROMAIN CANUTI

— 

Les Marseillais sont venus congratuler André-Pierre Gignac, buteur hier.
Les Marseillais sont venus congratuler André-Pierre Gignac, buteur hier. — P. MAGNIEN / 20 MINUTES

Pour la première fois de la saison, les Olympiens enchaînent deux victoires. Surtout, dans un Vélodrome peu peuplé mais totalement acquis à la cause des joueurs phocéens, l'OM a pu se rassurer hier contre Lens (4-0), consolider son dispositif tactique et redonner le sourire aux habituels remplaçants. Si la victoire ne compte pas triple, elle est bien utile.
Alors qu'une défaite aurait eu des conséquences désastreuses au vu du contexte, Deschamps a maintenu sa politique concernant les premiers tours de Coupe de la Ligue. Comme il le martèle souvent, son objectif est de ne perdre personne dans son groupe. Le onze était donc inédit, mais il a pu rapidement se mettre en confiance puisque Gignac, suite à un renvoi mal assuré par la défense lensoise sur corner, se chargeait d'ouvrir le score sur une volée aussi spontanée que puissante.

Doublé de Rémy
Les hommes de Jean-Louis Garcia, également en quête de confiance, n'étaient pas vraiment venus pour jouer l'offensive. Les Marseillais se sont donc servis du reste du match pour répéter leurs gammes. Morgan Amalfitano, qui pestait à Lorient lorsqu'il jouait milieu droit dans le même système, a montré qu'il était un candidat permanent à ce poste, multipliant les bonnes initiatives. Jordan Ayew n'a pas été régulier en pointe, mais il a trouvé le moyen de doubler la mise à vingt minutes de la fin sur une somptueuse action individuelle. Quant à Loïc Rémy, il s'est offert un doublé, comme pour prouver qu'il restait l'arme offensive n° 1 du club. Seuls bémols, les interventions peu rassurantes de Bracigliano et les sifflets à l'entrée d'Alou Diarra. Mais les supporters étaient heureux : une victoire 3-0, sans opposition certes, mais avec un streaker à la fin du match en guise d'entracte. Le spectacle est de retour au Vélodrome.