Basket ProA: Villeurbanne inconstant perd le nord contre Gravelines

© 2011 AFP

— 

Villeurbanne, malgré un bon Tony Parker, s'est incliné à domicile devant Gravelines (72-69), vendredi, à l'Astroballe, au terme d'une rencontre à rebondissements, de la 3e journée de Pro A de basket-ball.

La formation nordiste, qui a remporté le premier succès de son histoire à l'Astroballe, a ainsi pris sa revanche sur l'Asvel qui l'avait dominée il y a trois semaines à Vilnius (Lituanie) lors du tour préliminaire de l'Euroligue.

Les hommes de Christian Monschau confirment par ailleurs leur statut de favori du championnat, après la claque infligée à Roanne la semaine dernière (91-59).

"Avec la présence de Tony Parker, ce n'était pas le meilleur soir pour gagner ici, mais nous l'avons quand même fait, s'est félicité le meneur du BCM Yannick Bokolo. Mais à la fin, notre défense et notre réussite en attaque nous ont permis de faire la différence."

Malgré le show réalisé par Tony Parker lors du premier quart-temps (13 points pour 16 d'évaluation), Gravelines est resté au contact de son adversaire (21-20, 10e). Le BCM a pris l'ascendant dans le deuxième quart-temps grâce à sa domination sous les cercles (39-42 à la pause) alors que Parker était sur le banc.

Avec le retour de +TP+, ménagé par son coach après une semaine durant laquelle il a dû honorer de nombreuses obligations, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, Villeurbanne a repris l'avantage, bien aidé par un excellent Edwin Jackson (20 points), mais aussi de Bangaly Fofana, dissuasif dans la raquette (61-52, 30e).

Mais la domination exercée par Gravelines aux rebonds (43 à 34 dont 22 à 10 offensifs) et sa pression défensive ont fini par user Villeurbanne qui a cédé dans le money-time.

Insolent d'adresse, Juby Johnson (17 points dont 11 dans le dernier quart-temps) a permis à son équipe de revenir à hauteur de son hôte (63-63) avant que Yannick Bokolo et Andrew Albicy ne fassent la différence aux lancers-francs.

Phil Goss a pour sa part été le seul joueur de l'Asvel à alimenter la marque alors que Tony Parker, visiblement émoussé physiquement, a manqué le panier à trois points qui aurait permis d'arracher la prolongation dans un final suspense.