Le Stade,bête blessée

Nicolas Stival

— 

Les Toulousains, Yoann Maestri (avec le ballon) en tête, sont revanchards.
Les Toulousains, Yoann Maestri (avec le ballon) en tête, sont revanchards. — F. Lancelot/SIPA

Le Stade Toulousain sera casanier ces quatre prochains week-ends, avec les réceptions de Bordeaux-Bègles, du Stade Français et de Perpignan en Top 14, puis des Anglais de Gloucester en Coupe d'Europe. « Gagner ces quatre rencontres est un bon objectif », observe le centre Yannick Jauzion. Toutefois, fidèles au poncif selon lequel « il faut prendre un match après l'autre », les Stadistes se concentrent sur la venue des Girondins, demain (14 h 15) à Ernest-Wallon.

« Une bonne petite claque »
« La défaite à Castres nous a mis une bonne petite claque derrière la tête, constate le deuxième ligne Yoann Maestri. Cela va nous faire repartir de l'avant. » Les Rouge et Noir n'ont pas seulement perdu leur fauteuil de leader dans le Tarn, vendredi (24-3). Ils ont aussi manqué d'envie. « Quand on ne montre pas une détermination totale là-bas, on repart une main devant, une main derrière », lâche Yannick Bru, l'entraîneur des avants. Bordeaux-Bègles devrait faire les frais de ce désir de revanche. « C'est une équipe en pleine confiance, qui sort d'un gros match contre le Racing-Métro [22-18] », avertit Maestri. « Ils seront dangereux, car ils n'auront pas grand-chose à perdre », poursuit Jauzion. Certes, mais quand le champion de France, troisième du Top 14, reçoit un promu classé dixième, il vise le bonus offensif. W